Liste des auteurs

Jean-Pierre Stroobants | Le Monde le 13 février 2007

Volkswagen maintiendrait 2 200 de ses 5 300 salariés sur son site de Bruxelles

mardi 13 février 2007 par Jean-Pierre Stroobants

Menacée d’un séisme social avec la suppression, initialement prévue, de 4 000 de ses 5 300 emplois, l’usine Volkswagen (VW) de Forest-Bruxelles devrait finalement se voir assurer un avenir au sein du groupe allemand. Après un mouvement de grève débuté fin novembre, puis un redémarrage limité de la production et de difficiles négociations sociales, le site belge pourrait se voir garanti 2 200 postes de travail. VW de Forest, qui avait produit 190 000 Golf en 2005, sortira 84 000 véhicules (Polo, Audi A 3 et Golf jusqu’en juillet) de 2007 à 2010. L’usine se verra confier la production de la nouvelle Polo en 2008 et celle de l’Audi A 1 dès 2009. Ce petit modèle, appelé à concurrencer notamment la Mini du groupe BMW, avait été bloqué par l’ancienne direction de VW.

A partir de 2010, VW Forest, passée entretemps sous la bannière d’Audi, pourrait produire plus de 100 000 voitures, avec, peut-être, l’arrivée d’un autre modèle. C’est du moins ce qu’a annoncé, jeudi 8 février, le directeur des ressources humaines au conseil d’entreprise de l’usine bruxelloise. Les syndicats attendaient depuis longtemps un engagement clair quant aux volumes de production et aux modèles confiés à Forest.

La direction allemande a cependant formulé une exigence de taille : que le site devienne "compétitif". Après avoir perdu 3 000 emplois, Forest devra donc baisser ses coûts de 20 % grâce, notamment, à un allongement du temps de travail, de trente-cinq à trente-huit heures, sans compensation financière, ainsi qu’une plus grande flexibilité. Les travailleurs avaient, antérieurement, accepté de renoncer à des hausses de salaires en échange d’un passage aux trente-cinq heures.

La marge de manoeuvre des syndicats est étroite. Invités à signer un accord social pour la mi-février, ils ne pourront, estiment les observateurs, que demander des garanties quant aux investissements, au volume de l’emploi. Les organisations de salariés affirment croire encore possible d’élaborer quelques propositions alternatives, mais la direction allemande n’ira visiblement pas plus loin. Elle a fait des concessions en offrant des primes de départ élevées - jusqu’à 144 000 euros brut pour les plus anciens - aux ouvriers qui acceptaient de quitter volontairement l’entreprise. Un plan de préretraite a été mis a point.

Les pouvoirs publics belges, inquiets un moment que l’usine soit entièrement fermée, respirent. Ils avaient, en novembre, tenté en vain de sensibiliser la chancelière Angela Merkel et le ministre-président de la Basse-Saxe - un Land qui détient 21 % des parts de VW. Aujourd’hui, la direction estime que l’usine belge peut devenir "l’une des plus performantes" de tout le groupe.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !