Liste des auteurs

AFP | Le 29.04.2008

Vos RTT contre un scooter : la proposition de Peugeot Motocycles acceptée

mercredi 30 avril 2008

ECO-TERRE - Le bras de fer a tourné à l’avantage de la direction. Les représentants des salariés de Peugeot Motocycles ont accepté le marché qu’elle leur proposait : si vous réduisez de moitié vos RTT, on ne délocalise pas la production du nouveau modèle de scooter en Asie. Le comité central d’entreprise (CCE) a donc accepté mardi à Mandeure (Doubs) de renégocier l’accord sur les 35 heures en échange de la promesse de maintien de 1.050 emplois.

Le constructeur de scooters avait rencontré l’opposition unanime des syndicats, provoquant en février une grève de 80% des effectifs de ses deux usines de Mandeure et Dannemarie (Haut-Rhin). Son offre de révision n’était assortie d’aucune contrepartie. Celle-ci est venue fin mars, sous la forme du lancement d’un nouveau modèle en 2009 permettant le maintien de tous les emplois.

Les syndicats disposent d’un mois pour renégocier les 35 heures, a souligné Bruno Masson, élu CFE-CGC au CCE. Le projet consiste à faire remonter à 35 heures le temps de travail "effectif" dans les ateliers de production contre 30 à 32 heures actuellement, en combinant la non-comptabilisation des pauses et une diminution des jours de RTT. Il diminuerait le prix de revient qui rendrait le nouveau scooter compétitif face à ses concurrents asiatiques, selon la direction.

La CFE-CGC, qui a basculé dans le camp du "oui", a joué un rôle décisif car elle possède deux voix sur quatre au CCE en tant que syndicat majoritaire chez les techniciens et ingénieurs. "Nous avions demandé une contrepartie industrielle. Nous estimons avoir été écoutés", explique Guy Barbier, son délégué central. "Accepter de renégocier ne présage pas que nous allons signer", prévient-il toutefois.

Le syndicat souligne aussi que la renégociation, qui concerne la production soit environ la moitié des effectifs, ne fera qu’aligner le régime sur celui des autres services (marketing, après-vente, recherche-développement, administratifs) qui pratiquent déjà les 35 heures "réelles". La CFTC (une voix au CCE), a également voté pour la renégociation.

La CGT (une voix, majoritaire chez les ouvriers), et la CFDT (avis consultatif sans élu titulaire) ont maintenu leur opposition. Elles dénoncent un "inacceptable chantage à l’emploi". Elles ne croient pas au maintien des emplois, soulignant que le nouveau scooter apportera moins de 15% de charge de travail alors que dans le même temps, 30% seront délocalisés en Chine. FO a également donné un avis défavorable (consultatif).

La négociation sera observée de près dans ce bassin de Montbéliard, bastion de l’automobile et de la métallurgie. "C’est la première remise en cause des 35 heures. Je crains un précédent fâcheux. Pourquoi PSA Sochaux n’en ferait-elle pas de même ?", s’interroge Martial Bourquin, maire PS d’Audincourt et vice-président de la Région Franche Comté qui a créé début avril un "comité de soutien" à Peugeot Motocycles.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !