Liste des auteurs

Alors que les médias et l’Etat fanfaronnent sur la "fermeture de la dernière mine française...

des concessions charbonnières du détroit de Rodez, à la société anglaise, Aardwaark TFC Limited.

samedi 24 avril 2004 par FNME-CGT

Alors que les Houillères Nationalisées conduisent les travaux d’abandon de concessions sur le Bassin Decazevillois, sacrifiant des centaines d’emplois, comme dans les autres Bassins ;

Alors que le 17 Juin 2003, un projet de loi sur les droits des mineurs et mines était adopté en première lecture à l’assemblée ;

le gouvernement vient d’accorder le 24 octobre 2003 des concessions charbonnières du détroit de Rodez, à la société anglaise, Aardwaark TFC Limited .

La FNME-CGT est attachée aux acquis sociaux des mineurs constitués par la nationalisation, le statut du mineur, les conditions de travail et de sécurité, et la sécurité sociale minière, obtenus par les luttes.

Le gouvernement souhaite la disparition des CDF avec la fermeture des dernières mines de Lorraine. Mais les dernières mines de charbon ne sont apparemment pas celles que l’on croit compte tenu des nouvelles concessions octroyées par l’Etat.

Le titre III du projet de la loi dédié à « l’après mines » prévoyait déjà « la poursuite de l’exploitation charbonnière après la disparition des Charbonnages de France en supprimant des dispositions soumettant à leur contrôle l’exploitation de gisements de combustibles minéraux solides par un autre opérateur ».

Depuis la politique de liquidation des Houillères menée par les gouvernements successifs, la CGT défend le maintien de l’exploitation charbonnière.

Jusqu’à la parution au Journal Officiel de l’attribution de concessions, le gouvernement ne voulait rien entendre. Il n’était plus question d’extraire du charbon du sous-sol national !

Les nouveaux procédés de combustion, la capture et l’enfouissement du CO2, placent le charbon pour longtemps dans les ressources énergétiques majeures. Les nouvelles techniques d’exploration et d’exploitation, compte tenu des seules ressources déjà prouvées, laissent présager des décennies d’exploitation charbonnière du sous-sol national.

Le gouvernement reconnaît, au travers du débat sur la loi énergie, le besoin incontournable de diversification des moyens de production d’électricité. EDF , la SNET reconnaissent que la production d’électricité à partir du thermique au charbon a de l’avenir. Cela répond à l’objectif gouvernemental et européen d’indépendance énergétique. La consommation charbonnière mondiale progresse fortement en 2001 + 1,7 % contre 0,5 % par an au cours de la décennie précédente. Le maintien d’une exploitation charbonnière suffisante en France conditionne notre savoir dans les technologies connexes. Elle peut s’appuyer sur l’ingénierie de premier plan au niveau mondial avec les personnels de la recherche géologique et minière nationale.

Les structures minières nationalisées existent, détiennent le savoir-faire et l’expérience. L’attribution de nouvelles concessions et la gestion des mines en fin d’exploitation prouvent qu’elles doivent être maintenues.

Dans ce contexte, les CDF ne peuvent pas disparaître. L’Etat doit conserver tous ses dispositifs de contrôle de l’exploitation charbonnière nationale et le titre III du projet de loi sur les mines doit être retiré.

Il appartient aux seuls mineurs au statut d’exploiter le sous-sol national. Il y va de la sécurité des mineurs, de la maîtrise de notre approvisionnement énergétique et de l’environnement.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !