Liste des auteurs

Anne Michel | Le Monde du 30.03.07.

vifs débats sur la libéralisation du marché postal européen

vendredi 30 mars 2007 par Anne Michel

Les chances de l’Allemagne de parvenir, comme elle le souhaite, à un accord politique sur la libéralisation totale du marché postal d’ici juillet, avant la fin de son mandat à la tête de l’Union européenne, semblent compromises.

Bien que la chancelière, Angela Merkel, ait mis une forte pression sur le dossier, le calendrier imparti pour l’examen de la proposition de directive, adoptée par la Commission européenne le 18 octobre 2006, lui confère une marge de manoeuvre bien mince : le conseil des ministres européens des postes doit se ressaisir du texte les 7 et 8 juin, le vote du Parlement européen en séance plénière est prévu le 15 juin...

Cela laisse peu de temps aux députés pour s’entendre sur une directive déterminante pour l’avenir des postes, donc très politique. Celle-ci décidera des conditions dans lesquelles sera levé, en 2009, le dernier monopole réservé aux opérateurs postaux historiques, le courrier de moins de 50 grammes, soit la moitié du courrier de l’Union européenne.

" Le processus est ensablé, même s’il n’est pas exclu que l’Allemagne donne un cadrage avant juillet", confirme l’entourage du ministre délégué à l’industrie, François Loos, alors que la France n’a jamais caché sa volonté de prendre son temps et d’engager un débat politique autour d’un texte jugé trop libéral.

Certes, le gouvernement de Dominique de Villepin soutient la poursuite de l’ouverture à la concurrence des marchés postaux, considérant qu’elle contribuera, comme pour le gaz et l’électricité, à la compétitivité du marché intérieur. Mais il craint qu’une libéralisation hâtive et mal préparée affaiblisse La Poste française et dégrade la qualité du service universel - l’obligation de distribuer le courrier au moins cinq jours par semaine, pour chaque citoyen européen. Il réclame donc des assurances.

"Nous ne voulons pas d’un texte qui, en l’état actuel, réduit les obligations de service public au seul courrier égrené (les envois individuels) et reste flou sur les modes de financement du service universel", explique un participant aux négociations. Face aux tenants d’une libéralisation sans condition (Allemagne, Suède, Pays-Bas, Grande-Bretagne et Finlande), la France compte parmi ses soutiens tous les grands pays du sud de l’Europe.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !