Liste des auteurs

CHRISTIAN CARRERE | La Marseillaise le 17 octobre 2007

18 octobre 2007 : L EXPRESSION DE FORTES ATTENTES SOCIALES

mercredi 17 octobre 2007 par Christian Carrère
18 octobre. Les appels à la grève se multiplient dans le département. La manifestation unitaire partira du Vieux-Port à 10h30 et plusieurs pré rassemblements sont annoncés.

Réduire ce qui se prépare pour demain, 18 octobre, à la seule grève des cheminots, des gaziers et électriciens d’EDF et de GDF, et des agents de la RATP, serait passer complètement à côté de ce qui se dessine pour la journée d’action de grèves et de manifestations du 18 octobre. Non pas que les initiateurs de cette journée dans les Bouches-du-Rhône, notamment l’Union départementale CGT, sous estiment l’attaque en règle contre les régimes spéciaux de retraite, et la riposte à celle-ci. Là dessus, la réponse devrait venir de la grève dans les secteurs concernés par la « réforme » des régimes spéciaux de retraite, et dans la participation de leurs salariés à la manif de jeudi, qui se constituera à 10h30 sur le Vieux-Port.

Les organisateurs de cette manif ne s’y sont pas trompés qui ont décidé de placer les gaziers et électriciens en début de cortège. Un cortège qui sera rejoint en cours de route par celui des cheminots descendus de la gare Saint-Charles. En fait, expliquait hier matin, lors d’une conférence de presse de l’UD-CGT, Thierry Pettavino, secrétaire de l’UD-CGT, « en touchant aux régimes spéciaux, le gouvernement anticipe l’échéance de 2008… Pour faire entrer dans les têtes que travailler jusqu’à 61, 62, voire 63 ans serait la solution ». On notera au passage, que dans l’unité de leurs organisations, les retraités qui se sont donné rendez-vous place du Général de Gaulle à partir de 10 heures, seront en bonne place dans le défilé.

Pas moins de 85 appels à la grève

Tout aussi remarquable la place qu’y prendront les salariés de la chimie qui ont décidé l’arrêt de travail dans l’unité de leurs syndicats. Plus généralement, lors de ladite conférence de presse, Thiérry Pettavino ne recensait pas moins de « 85 appels à la grève » dans les Bouches-du-Rhône. Des appels, précisait Mireille Chessa, la secrétaire générale de l’UD, touchent aussi bien le public que le privé, dont entre autres, « l’agroalimentaire, la construction, ou la métallurgie, ou le commerce ».

Pour sa part, Thierry Pettavino note que ces appels à la grève dans le privé se fondent « sur les revendications propres à chaque entreprise, en particulier sur les questions des salaires et de l’emploi ». Estimant que « le rôle du syndicalisme est de solidariser les intérêts des salariés entre eux et de ne pas laisser s’installer le piège de la division », l’intervenant considère que l’un des enjeux du 18 octobre « est d’agir ensemble pour peser sur tous les dossiers à venir et sur les lois antisociales et discriminatoires ». Et ajoute-t-il, « le plus unitairement possible, avec tous ceux qui veulent agir ».

De ce point de vue, le fait que la manifestation marseillaise soit organisée en commun par les UD CGT, FO, CFDT, par Solidaires et par la FSU est prometteur. Comme prometteur l’appel de la CGT Poste aux agents à cesser le travail pour leurs préoccupations de postiers, telles l’opposition à la libéralisation totale de la distribution du courrier, les salaires ou l’emploi.

Demain donc, la Canebière retrouvera les grands cortèges revendicatifs un temps déplacés du fait du chantier du tramway.


Une première étape pour la FSU

« La journée d’action du 18 va permettre de prendre la température, à un moment où nous sommes confrontés à une avalanche de projets, de décisions qui remettent en cause les solidarités. » Au siège marseillais de la FSU, Jean-François Longo son secrétaire général et les représentants des principaux syndicats de la FSU dont le Snuipp, le Snes, l’Unatos et les retraités décortiquent une à une les raisons qui vont pousser les personnels enseignant et non enseignant de l’éducation nationale à manifester jeudi dans les rues de Marseille et à faire grève aux côtés des cheminots, des agents d’EDF, GDF et des salariés du secteur privé.

« Le président de la République veut aller très vite et sa stratégie consiste à couper le social en tranche. » La technique se résumerait à faire en sorte que chaque catégorie se retrouve face à un problème spécifique rendant plus difficile une réponse plus large analyse la FSU.

Comme l’on fait les cheminots, les syndicats enseignants restent persuadés qu’il est de leur responsabilité d’aller à la rencontre des personnels pour décrypter, « construire un mouvement qui favorise l’unité syndicale ». Si l’appel à la grève n’a pas été entendu de partout, pour ce qui est des Bouches-du-Rhône, la FSU en a fait, une première étape dans la construction d’un mouvement social qui pourrait se traduire par la mise en perspective d’une journée nationale d’action à la mi-novembre. Pour les personnels TOS, l’appel est lui régional, avec comme préoccupation première les salaires et les retraites. « Ce gouvernement est en train de faire exploser toutes les garanties issues du conseil national de la résistance », lâche Georges Poly de l’Unatos. Chez les ouvriers et techniciens les pensions ne dépassent pas les 8 à 900 euros par mois.

Christophe Doré pour le Snuipp estime lui aussi que les solidarités sont mises à mal et que cette journée du 18 sera le point de convergence « de nos propres mots d’ordre ». Tous condamnent cet autre modèle social qui pousse à des stratégies individuelles. « L’alignement sur le privé serait désastreux », commente Christophe Doré qui est aussi revenu sur les milliers de postes supprimés dans l’Education nationale, source de profond mécontentement chez les enseignants. Dans le second degré, Alain Barlatier pense quant à lui que la question des salaires est tout aussi présente que celle des retraites. « Un enseignant débute avec un salaire équivalent à 1,3 le Smic. » Rien n’est prévu sur le sujet dans le budget 2008, si ce n’est une augmentation du traitement au mérite et le paiement d’heures supplémentaires. Pour Alain Barlatier, la journée de jeudi pourrait être un bon indicateur. « Nous sommes en train de reconstruire un mouvement porteur d’espoir pour le service public. » C.W.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !