Liste des auteurs

Un article de François-Xavier Bourmaud paru dans le Figaro du 5 janvier 2005

35 heures : le test du secteur privé

vendredi 4 février 2005 par admin

Journée test pour les syndicats. Après le succès de la manifestation des fonctionnaires le 20 janvier, les salariés du public et du privé sont appelés à manifester dans toute la France contre la réforme des 35 heures, pour des hausses de salaires et contre la révision du Code du travail. Plus largement, c’est toute la politique sociale du gouvernement de Jean-Pierre Raffarin qui se trouve dans la ligne de mire des syndicats : CGT, CFDT, CFTC et FO pour les centrales représentatives, Unsa, FSU, Groupe des 10 pour les autres.

En plein débat parlementaire sur l’assouplissement des 35 heures, les syndicats ont reçu l’appui du Parti socialiste et du Parti communiste qui ont également appelé leurs militants à descendre dans la rue. D’autres mots d’ordre se sont greffés sur la « journée nationale d’action et de mobilisations locales », et notamment ceux des fonctionnaires pour la défense du service public et des enseignants contre une partie de la réforme Fillon sur l’école.

Avec ce patchwork de revendications, les syndicats espèrent provoquer une mobilisation d’envergure, et notamment les deux premiers d’entre eux. La CGT recense 118 manifestations dans toute la France, la CFDT s’attend à voir 300 000 personnes défiler. Mais l’inconnue demeure sur les salariés du privé. L’ampleur de leur mobilisation permettra de voir si les syndicats ont réussi à étendre une contestation pour l’instant confinée au secteur public.

Autre inconnue : celle de l’unité syndicale. Malgré leurs divergences de points de vue, et notamment sur les 35 heures pourtant au coeur de la contestation, ils ont jusqu’alors réussi à afficher un front uni. Or le référendum sur la Constitution européenne vient de faire brusquement irruption dans le débat, ravivant les clivages entre centrales. La CGT s’est ainsi prononcée pour le non, à contre-courant de Bernard Thibault qui plaidait pour l’absence de consigne de vote. De son côté, la CFDT soutient le oui, son secrétaire général, François Chérèque, estimant que « le non fait au fond objectivement les affaires de l’ordre actuel »... contre lequel il défile aujourd’hui. Il y a « bien évidemment des risques de confusion entre le climat social dans notre pays et le débat sur le traité constitutionnel », explique-t-il.

De la Constitution européenne aux 35 heures, en passant par le chômage, l’emploi, le Code du travail, l’éducation ou les services publics, les thèmes ne manquent en tout cas pas pour inciter le plus grand nombre à descendre dans la rue.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !