Liste des auteurs

Paule Masson | L’Humanité le 29 décembre 2006

50 % des chômeurs sont rendus invisibles

vendredi 29 décembre 2006 par Paule Masson
emploi . Alors que le gouvernement annonce aujourd’hui les chiffres officiels de novembre, un collectif d’associations dénonce la disparition dans les statistiques d’un privé d’emploi sur deux.

Dans la famille France invisible, demandez les chômeurs. Après les sans-abris du Canal Saint-Martin, à Paris, c’est au tour des sans-emploi de s’inviter dans le débat électoral. Alors que le gouvernement rend publiques ce matin les statistiques de novembre, un collectif d’associations a décidé de mettre tous les chiffres sur la table. Résultat, le ministère de l’Emploi compte 2,1 millions de chômeurs quand il y en a 4,4 millions. « On organise un mensonge qui devient pourtant la tribune officielle. Le chômage invisible atteint aujourd’hui de telles proportions, que refuser de le voir écarte le débat politique de l’essentiel », argumente Philippe Sabater (SNU ANPE), un des animateurs du collectif les Autres chiffres du chômage (ACDC), qui regroupe le Réseau d’alerte sur les inégalités (RAI), AC ! MNCP, Réseau Stop Précarité et les syndicats SNU ANPE, SUD ANPE, CGT INSEE.

Montrer l’envers du décor

Après avoir livré une série de données sur les chômeurs invisibles, ce collectif s’est donné pour mission, avant chaque publication des statistiques officielles et durant toute la campagne électorale, de publier des fiches thématiques sur les radiations de l’ANPE, les indemnités chômage ou encore la précarité du travail. « Nous pensons que l’élection est une bonne période pour rappeler que les questions du chômage et de l’emploi sont primordiales », indique Pierre Concialdi (RAI). « Les politiques doivent s’exprimer sur cet envers du décor. On attend d’eux des alternatives », tranche Philippe Sabater qui n’hésite pas à parler de « filiation » avec le combat des SDF car « il faut arrêter de mentir sur la situation réelle ».

D’autant plus que « personne n’est dupe » des « cris de victoire » gouvernementaux concernant la baisse du chômage, préviennent les animateurs de ACDC. « Ceux d’en bas ne croient pas à la réalité de la baisse », écrivent-ils dans leur communiqué, ajoutant qu’il faut « inciter le prochain gouvernement, quel qu’il soit, à cesser de bluffer avec des statistiques partielles ».

Plus nombreux qu’en 2002

Les chiffres qu’ils livrent n’ont pourtant rien de secret. Ils sont tous officiels et consultables (ANPE ou DARES). Mais pas retenus par la définition officielle du chômage. Aux 2,1 millions de sans-emploi recensés en octobre, ACDC ajoute 220 000 chômeurs des DOM, 871 000 personnes considérées comme des « demandeurs d’emploi à temps partiel », 412 000 dispensés de recherche d’emploi (+ de 57 ans), 452 000 en « activité réduite » et 321 000 jugés « non-immédiatement disponibles ».

Les statistiques masquent la vérité

Le collectif ajoute qu’au cours de l’année 2006, « la part de ces chômeurs invisibles dans le total des demandeurs d’emploi a dépassé pour la première fois 50 %, alors qu’elle n’en représentait que 10 % en 1982 ». Leur conclusion parle d’elle-même : « le chômage se situe fin 2006 à un niveau plus élevé qu’en mai 2002 ». Voilà pourquoi ces militants considèrent qu’il est « salutaire de mettre les pieds dans le plat », selon Philippe Sabatier, histoire de tenter de rétablir une vérité masquée par les manipulations statistiques : depuis quinze ans, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à l’ANPE demeure inchangé, autour de 4,5 millions.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !