Liste des auteurs

Un article de Dominique Bègles paru dans l’humanité le 30 septembre 2005

68 % des Français rejettent la privatisation

vendredi 30 septembre 2005 par Dominique Bègles
Un sondage exclusif de l’institut CSA pour l’Humanité révèle que la majorité considère comme justifiée l’action des grévistes.

Globalement, la France est à peu près coupée en deux à propos du jugement porté sur le détournement du ferry par des syndicalistes, même si les personnes interrogées sont relativement peu nombreuses à justifier totalement cette action. En revanche, 36 % disent la comprendre et affichent ainsi une solidarité qui semble trouver son fondement dans l’exaspération face à la dureté de la décision de privatisation et au sentiment de n’être ni écoutés ni entendus par le gouvernement. La courte majorité de ceux qui justifient ou comprennent (48 % contre 47 %) est formée majoritairement de femmes (52 %) et d’actifs ; plus on avance en âge après la cinquantaine, plus on prend de la distance avec l’action en question, une distance qui est davantage celle de catégories sociales autres que les ouvriers et les salariés, que ceux-ci soient du secteur public ou du secteur privé. Le clivage gauche-droite est nettement à l’oeuvre, 54 % de la gauche (67 % parmi l’extrême gauche et 90 % parmi les communistes) ne condamnent pas, tandis que 67 % des interviewés se réclamant d’une sensibilité partisane de droite pensent le contraire. Le jugement porté sur l’intervention du GIGN est toutefois plus nuancé, un peu comme si les sondés (52 %) n’étaient pas étonnés par la réaction excessive de l’État au moment où le ministre de l’Intérieur multiplie les déclarations en faveur d’un certain ordre public. Si peu (18 %) la trouvent inacceptable, une minorité (21 %) la justifie, quand 31 % disent la comprendre. Sans doute faut-il voir dans ce jugement l’impact des images télévisées du commando de la gendarmerie et du ballet d’hélicoptères, les commentaires s’étant appesantis sur la réussite technique de l’opération.

Sur le fond du conflit, à savoir l’avenir de la compagnie maritime avec son insertion ou non dans le privé, une majorité (68 %) refusent la privatisation totale, 37 % considérant que cet avenir se situe dans un montage financier « entièrement public ». On notera cependant la nette désaffection pour une solution de type totalement privée (15 %) et une non-hostilité à ce que cohabitent des capitaux publics et des capitaux privés (31 %), les questions posées ne leur permettant pas de situer la hauteur respective des deux financements. Les tenants d’une privatisation totale se recrutent le plus fortement chez les catégories socioprofessionnelles supérieures (21 %) se situant dans la mouvance de la droite classique (25 %), où une plus forte proportion n’écartent ni une simple privatisation partielle (38 %) ni une entreprise complètement publique (25 %). Ces positionnements ne sont sans doute pas pour rien dans les reculs du premier ministre, confronté à son électorat peu enclin à suivre les dispositions telles qu’elles ont été annoncées au départ. Si les partisans d’une entreprise entièrement publique se recrutent très majoritairement (75 %) parmi les sympathisants communistes, 22 % de ceux-ci n’écartent cependant pas une solution mixant les capitaux. Une majorité des sympathisants Verts et socialistes sont aussi en faveur d’une solution tout public (48 % pour les premiers et 39 % pour les seconds) et sont aussi tentés (39 % pour les premiers et 35 % pour les seconds) par la seconde piste. La gauche, globalement, refuse (78 %) la mainmise totale du privé sur la compagnie. À noter que les partisans d’une entreprise entièrement publique se situent à 40 % parmi les habitants des très grandes agglomérations, ceux de l’ Île-de-France et ceux du Sud-Ouest partageant cet avis d’une manière un tout petit peu moins forte, quant ceux du Sud-Est y sont les plus attachés.

FICHE TECHNIQUE

Sondage exclusif CSA-l’Humanité réalisé le 29 septembre par téléphoneÉchantillon national représentatif de 1 003 personnes âgées de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage), après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !