Liste des auteurs

Vincent Boucault | Le Monde du 13.03.07.

A Angers, Continental rachète une usine puis la ferme

mardi 13 mars 2007 par Vincent Boucault
Depuis le 1er mars, une grève paralyse l’usine Continental Automotive Systems d’Angers, réputée pour sa haute technologie en électronique automobile (GPS, régulateurs de tension, calculateurs d’injection...).

Un tel mouvement aurait semblé inconcevable il y a quelques mois, quand la production était encore sous l’étiquette Motorola, les relations sociales étant alors jugées "conviviales". Mais le 12 décembre 2006, le repreneur allemand a annoncé que le site fermerait en décembre 2008 et que les activités seraient délocalisées en Roumanie et en Chine. Motif : une main-d’oeuvre trop chère. Un coup de massue pour les 330 salariés, six mois à peine après la transaction (Le Monde du 14 décembre 2006).

Les heures supplémentaires imposées en janvier ont avivé encore l’amertume. "On a l’impression qu’on nous demande de faire du stock pour faire la jonction avec la délocalisation", analyse Franck, opérateur depuis seize ans.

La signature le 5 mars d’un plan de revitalisation du bassin - commun avec Thomson, autre usine en souffrance à Angers - par le ministre délégué à l’emploi, Gérard Larcher, n’a pas rassuré. "Un plan, c’est bien, mais qui embauchera les anciens de Continental ?", interroge Eric Bouton, délégué de la section CGT qui n’a jamais eu plus de 10 adhérents.

Bruno Girard, le directeur depuis 1994, s’est engagé "à faire le maximum pour limiter les conséquences de la fermeture". Et Continental veut donner la priorité "à l’accompagnement social des salariés". Mais, chez les opérateurs, l’espoir de retrouver un emploi équivalent dans une région en difficulté semble vain. "On n’y croit pas, lâche Chantal, opératrice depuis vingt-cinq ans. On préfère avoir une somme convenable et faire ce qu’on veut après."

A l’entrée de l’usine, les grévistes se relaient nuit et jour pour réclamer une prime "de préjudice" de 40 000 euros, ne comprenant pas les indemnités proportionnelles à l’ancienneté. Vendredi, la direction a proposé 10 000 euros. Insuffisant selon les élus du comité d’entreprise, qui devaient consulter leurs troupes lundi 12 mars pour décider de la suite.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !