Liste des auteurs

Régis Guyotat | Le Monde du 24.10.06

A La Chapelle-Saint-Mesmin, les Duralex refusent de voir périr leur "vieille dame"

mardi 24 octobre 2006 par Régis Guyotat

Les quinze jours qui viennent s’annoncent lourds d’incertitude pour les 250 salariés de Duralex à La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret).

Un mandataire, chargé par le tribunal de commerce d’Orléans d’évaluer la situation de l’entreprise, devait rendre ses conclusions lundi 23 octobre. Les salariés attendent de savoir s’ils vont être payés le 26 octobre. La menace d’une liquidation judiciaire est dans toutes les têtes.

C’est une épreuve de plus pour la "vieille dame", comme on l’appelle ici, qui fabrique les fameux verres incassables Duralex. C’est en effet l’une des plus anciennes entreprises de l’agglomération orléanaise, reprise en décembre 2005 par un homme d’affaires turc, Sinan Solmaz, propriétaire de deux sociétés de distribution de vaisselle dans son pays. "Si M. Solnaz n’amène pas l’argent, il se peut qu’il y ait une liquidation, mais nous avons la promesse du tribunal de commerce que ce sera alors pour rechercher un autre repreneur", affirment néanmoins les syndicats.

La mission du mandataire, Franck Michel, est d’"apprécier si l’actionnaire a les moyens financiers d’assurer la trésorerie courante" et de tenter de "restaurer la confiance des fournisseurs, des banques et des salariés".

L’arrivée de M. Solnaz, il y a presque un an, n’a pas permis, semble-t-il, de sortir d’affaire l’entreprise. Trois lignes de production sur cinq fonctionnent actuellement. Pourtant, les syndicats affirment que les carnets de commandes sont pleins. Certes, jusqu’à présent l’emploi a été sauvegardé à La Chapelle-Saint-Mesmin. Mais dans la seconde entreprise du groupe, à Rive-de-Gier (Loire) - 126 salariés sur 250 y ont été licenciés -, la situation s’est dégradée. En raison de factures impayées de gaz et d’électricité, risquant de provoquer des coupures d’alimentation, le préfet de ce département a ordonné, fin septembre, la fermeture du four pour des raisons de sécurité. Les ouvriers sont au chômage technique.

Des retards de paiement ont aussi affecté le site de La Chapelle. Inquiets, les salariés s’étaient rassemblés samedi 21 octobre, aux portes de l’usine, en compagnie de quelques anciens venus les soutenir.

"Les ouvriers veulent sauver la boîte. Ils continuent à travailler dans les pires conditions, alors qu’ils auraient pu se mettre en grève. Cette entreprise, c’est un bijou industriel !", estime Daniel Cazalda, secrétaire départemental de la CGT, ancien ouvrier de l’usine. Il a annoncé que l’entreprise allait être placée désormais "sous la surveillance de la population". Les syndicats comptent d’ailleurs organiser prochainement une opération "portes ouvertes".

Selon la CGT, qui se réfère à l’étude d’un cabinet d’expertise, la dette de Duralex était estimée à 9,5 millions d’euros fin septembre. "Le repreneur, M. Solnaz, est à la fois le président, l’actionnaire et le principal client, explique Pascal Colichet, de la CGT, secrétaire du comité d’entreprise. M. Solnaz a gagné beaucoup d’argent ici en rachetant à des prix largement inférieurs au marché nos produits pour les revendre ensuite à sa propre société de distribution en Turquie. Or, il s’était engagé, dans le "plan de continuation" de décembre 2005, à respecter ces prix. C’est du détournement de résultats."

Les salariés se refusent à voir fermer une entreprise qui a eu son heure de notoriété, et dont l’image reste très forte. C’est en effet sur le site de La Chapelle, alors propriété de Saint-Gobain, que le procédé du verre trempé, incassable et s’inspirant de la fabrication de l’acier inoxydable a été mis au point en 1939.

"Notre entreprise n’est pas condamnée. Nous espérons que le site de La Chapelle va continuer à tourner. Duralex est mondialement connu. Nos grands-parents en ont tous eu sur leurs tables. C’est vrai, il y a des dettes, mais ce n’est pas insurmontable. L’usine a toujours été rentable", affirme avec force François Deux, un ouvrier.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !