Liste des auteurs

Un article paru sur LEMONDE.FR | 28.04.05

A Marseille, le préfet refuse au maire la réquisition des bus

vendredi 28 octobre 2005

e maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, n’a pas obtenu gain de cause auprès du préfet, à qui il avait demandé, jeudi, la réquisition des moyens de transport nécessaires à "un service minimum" pour pallier la grève des traminots de la RTM, qui dure depuis vingt-quatre jours.

Le préfet Christian Frémont a estimé que les conditions pour décider cette réquisition n’étaient pas réunies. "Cela veut dire : il existe des bus de substitution. Nous sommes dans une période de vacances scolaires et surtout l’arme de la réquisition ne peut être utilisée que quand tous les autres moyens ont été épuisés, notamment des tentatives de médiation", a indiqué le préfet. Il n’a cependant pas exclu de recourir à la réquisition. "L’échéance du 3 novembre est très importante car elle correspond à la fin des vacances scolaires", a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

PATROUILLES DE CRS DEVANT BUS ET DÉPÔTS

Le préfet a annoncé la nomination par le gouvernement d’un médiateur de niveau national. Il s’agit de Bernard Brunhes, ancien conseiller de l’ex-premier ministre socialiste Pierre Mauroy et patron d’une société de conseil à Paris. M. Frémont a aussi demandé à l’inspection du travail de réunir les différentes parties pour renouer le dialogue, après l’échec d’une réunion jeudi - les syndicats s’opposent à la délégation de service public prévue pour l’exploitation des deux futures lignes de tramway, qui leur semble un premier pas vers la privatisation. "Bernard Brunhes est considéré comme l’un des plus grands experts du dialogue social en France. J’espère que la reprise du dialogue permettra de sortir de ce conflit", a déclaré le préfet.

Deux policiers en uniforme vont désormais accompagner chaque autocar de substitution, mis en place depuis lundi, et les rares autobus de la RTM, a indiqué le préfet de police Bernard Squarcini. En outre, des fourgons de CRS vont patrouiller autour des autocars et autobus en service et des pelotons de CRS vont veiller à la liberté du travail autour des dépôts "de façon à bien démontrer à ceux qui sont susceptibles de faire des opérations commandos qu’ils seront immédiatement interpellés", a ajouté le préfet de police.

M. Gaudin avait affirmé que les bus du service de substitution avaient été "caillassés et lacérés", sans donner de détails sur les auteurs présumés de ces dégradations. Selon lui, l’entreprise privée sollicitée "menace de ne plus assurer ce service de substitution". Vendredi matin, seuls 10 % de autobus et 33 % des métros étaient en service à Marseille.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !