Liste des auteurs

Dominique Buffier (avec AFP) | Le Monde le 22.12.2007

A la RATP, les négociations sur les retraites sont terminées

mercredi 26 décembre 2007 par Dominique Buffier

La direction de la RATP a déclaré jeudi 20 décembre, à l’issue de la dernière séance de négociations sur la réforme du régime de retraite des agents, que "le maintien du régime spécial de retraite de la RATP avec ses caractéristiques spécifiques (était) confirmé". Plusieurs syndicats de la RATP se sont dits "partagés" à la sortie de la séance. La CGT en particulier compte consulter les agents début janvier pour leur faire apprécier le résultat des négociations.

A l’issue de la sixième table ronde tripartite entre la direction, les représentants de l’Etat et les syndicats, le président de la RATP, Pierre Mongin, "a signé le relevé de décision reprenant l’ensemble des mesures d’entreprise liées à la réforme", qui prévoit l’allongement progressif de la durée de cotisation de 37,5 à 40 années. Le document n’a pas été signé par les syndicats.

Parmi les mesures d’accompagnement de la réforme, figurent le renforcement de l’attractivité des parcours professionnels, l’allongement des grilles de rémunération, l’élargissement de l’assiette de calcul des pensions, et la suppression des mises à la retraite d’office.

En 2008, des discussions tripartites doivent se poursuivre sur les avantages familiaux et sur les questions de la pénibilité, en lien avec des négociations nationales sur le même sujet. Elles devront déterminer notamment ce que deviendront les bonifications dont bénéficient quelque 35 000 des 45 000 agents de la RATP.

20 MILLIONS D’EUROS EN 2014

M. Mongin "s’est félicité de l’esprit de dialogue de l’ensemble des partenaires dont le sens des responsabilités, face à ce difficile dossier, a permis de trouver des solutions et d’arriver à une conclusion avant la fin de l’année 2007", comme le souhaitait le gouvernement à l’origine de la réforme des régimes spéciaux de retraite au nom de "l’équité". Avec cette réforme, la plus importante depuis 1948 pour la Régie, "nous sommes parvenus à un point d’équilibre entre les demandes de l’Etat et les possibilités de l’entreprise", affirme-t-il.

"En 2014, la mise en application pleine et entière de la réforme, représentera une dépense annuelle de 20 millions d’euros soit 1, 3 % de la masse salariale", précise-t-il.

La CGT, premier syndicat à la RATP, a jugé pour sa part que la dernière séance de négociations "ne s’(était) pas bien passée".

Selon la centrale syndicale, le représentant de l’Etat "est revenu sur ses précédents engagements" affirmant que la décote qui amplifie la réduction des pensions pour ceux qui n’ont pas cotisé assez longtemps s’accentuerait au-delà de 2014, et jusqu’en 2019, "pénalisant d’autant les agents", a déclaré Jacques Eliez, secrétaire général adjoint de la CGT-RATP.

L’Unsa, deuxième force syndicale de l’entreprise, qui "ne cautionne pas la réforme" a toutefois jugé que "le compte y est globalement", ajoutant que "en jouant le jeu de la réforme, les agents ne perdront pas d’argent".

Pour SUD-RATP, en revanche, "on n’a pas bougé d’un pouce par rapport à la lettre de cadrage du gouvernement" et "les mesures d’accompagnement préparent déjà l’allongement à 41 ans de la durée de cotisation, avec la création d’échelons d’ancienneté supplémentaires en 2012 et 2014", selon Philippe Touzet, délégué SUD.

Il prévoit à partir de 2009 "une dégradation du statut de l’emploi à la RATP en particulier chez les chauffeurs de bus qui représente un tiers du personnel".

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !