Liste des auteurs

Un article de Michel Samson paru dans Le Monde du 14 décembre 2005

Accord en vue pour la reprise de l’usine Nestlé à Marseille

mercredi 14 décembre 2005 par Michel Samson
Le feuilleton sur l’avenir de l’usine Nestlé à Marseille toucherait-il à sa fin ? Mercredi 14 décembre, une nouvelle rencontre entre NetCacao, candidat à la reprise du site de production du groupe suisse, et les syndicats devait avoir lieu, pour des discussions sur "la sauvegarde des garanties offertes aux salariés", selon l’expression d’un représentant syndical.

Une semaine plus tôt, au terme d’une énième table ronde tenue à la préfecture des Bouches-du-Rhône, les trois partenaires essentiels du dossier s’étaient déclarés optimistes pour la première fois depuis des mois. Quelque 180 emplois pourraient être sauvés sur les 427 de l’unité de production que le groupe suisse avait, au départ, l’intention de supprimer définitivement.

NetCacao, le repreneur sélectionné à la demande du premier ministre, Dominique de Villepin, par la chambre de commerce et d’industrie et adossé au groupe Sucre et denrées, a déclaré que, au terme des discussions menées avec Nestlé pour l’écoulement de la production future de chocolat, "les conditions d’un accord commercial (étaient) présentes".

Le représentant de Nestlé, qui participait à la table ronde, a confirmé l’accord. Patrick Candella, au nom de la CGT, a estimé qu’il restait "encore beaucoup à faire", mais qu’"un pas important a été franchi". Il a surtout confirmé que son syndicat, "qui prend en compte les réalités économiques, ne met (tait) pas de préalable" à la poursuite des discussions.

Il n’a donc pas l’intention de conditionner son accord à la promesse que l’activité café reprendrait un jour. Les discussions qui s’ouvrent désormais porteront sur la forme de la reprise : cession de l’unité et transfert du personnel, ou cessation d’activité avant une réembauche du même personnel, cette deuxième solution ayant les faveurs des syndicats.

NetCacao estime que toutes les discussions - sociales, juridiques et économiques - doivent être bouclées assez vite pour que l’activité démarre le 1er février 2006. Au-delà, la saison 2006 serait ratée et l’offre de reprise deviendrait caduque.

Le 20 décembre, un comité central d’entreprise de Nestlé doit examiner le plan social. La justice, qui avait refusé le plan initial en première instance à Marseille, vient en effet de le valider en appel à Aix-en-Provence.

Dans l’intervalle de ces deux décisions de justice contradictoires, dix-neuf mois de lutte syndicale et une médiation exercée par le préfet de région au nom du gouvernement ont débouché sur ce qui semble être un accord possible dans les jours qui viennent.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !