Liste des auteurs

Charlotte Noblet | L’Humanité du 3 mars 2007

Airbus : IG Metall plaide pour une mobilisation européenne

samedi 3 mars 2007 par Charlotte Noblet
AÉronautique . Heino Bade, du syndicat industriel allemand IG Metall suit le dossier depuis Hambourg, au nord de l’Allemagne.

La réunion générale des comités d’entreprise avec la direction d’Airbus Allemagne, jeudi après-midi à Hambourg, vous permet-elle d’y voir plus clair sur le plan de restructuration annoncé ?

Heino Bade. Pas du tout, nous avons juste l’impression que le management d’Airbus veut imposer un modèle d’entreprise à la Boeing, avec une structure industrielle complètement différente de celle d’Airbus actuellement. Boeing n’est plus qu’une plate-forme où les composantes produites par des sous-traitants dispersés dans le monde entier sont assemblées. Cette structure n’a rien de bon, ce qu’on laisse même entendre chez Boeing. Et nous, nous n’y voyons que des problèmes supplémentaires de coordination entre sous-traitants et sites de montage, une déresponsabilisation encore plus grande pour le développement de nouvelles technologies ainsi qu’une perte immense de compétences comme de qualité. Nous ne comprenons pas pourquoi le management veut changer un modèle qui gagne comme celui d’Airbus. Penser aux profits et aux liquidités immédiates, c’est raisonner à court terme. Et à ce rythme, quelle sera l’étape suivante, la production en Chine ?

Comment considérez-vous la proposition faite par Dominique de Villepin, de subventionner davantage le secteur aéronautique pour assurer la modernisation technologique des sites Airbus ?

Heino Bade. Cet effet d’annonce est certainement à recadrer dans la campagne électorale qui se déroule en France. Mais s’il ne s’agit pas de défendre des intérêts nationaux, je pense qu’une coopération entre l’État et l’industrie ne peut que soutenir l’innovation technologique. Il est par exemple important que le programme de recherches du gouvernement allemand développe un intérêt pour les nouvelles technologies utiles à l’avionneur européen. Cela pourrait éviter de recourir à des partenariats incertains comme on l’annonce pour le site de Nordenham qui à terme devra laisser l’alu pour les fibres de carbone.

Les syndicats français ont appelé leurs salariés à manifester mardi prochain en signe de protestation. Qu’envisagez-vous de votre côté ?

Heino Bade. En Allemagne, les salariés de Nordenham, Varel et Laupheim ont débrayé spontanément à l’annonce de la nouvelle, mercredi. Des manifestations de solidarité ont eu lieu jeudi à Brême et Hambourg. Nous n’avons pas appelé à la protestation mais nous encourageons cette solidarité, ne serait-ce que par le fait que le plan Power 8 n’a rien de clair : quelles suppressions d’emplois auront lieu dans quelles usines, etc. Lors de la réunion des syndicats européens, mardi dernier à Bruxelles, nous avions décidé d’agir ensemble et de parler d’une voix, celle de l’Europe. FO nous donne l’impression de donner priorité aux sites Airbus français. Nous défendons les mêmes objectifs : Aucun site ne doit être vendu et aucune suppression massive d’emplois ne doit avoir lieu. Et pour nous faire entendre, nous avions décidé de mener une journée d’action au niveau européen. Aucune date précise n’a encore été fixée, mais il serait stratégique d’accompagner les prochaines discussions sur le plan Power 8 avec le management, dans quinze jours.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !