Liste des auteurs

Alain Raynal | L’humanité du 4 juillet 2007

Airbus Méaulte dans l’attente d’un repreneur

mercredi 4 juillet 2007 par Alain Raynal
aéronautique. Les salariés de l’usine de Haute-Garonne sont inquiets et, à l’instar de la CGT, les syndicats restent opposés à cette vente.

Alors qu’une nouvelle réunion du comité central d’entreprise consacrée au bilan de la société et du plan Power 8 s’est tenue hier après-midi au siège toulousain d’Airbus France, les salariés de l’usine picarde de Méaulte sont toujours dans l’attente de l’annonce d’un futur repreneur. Louis Gallois, PDG du constructeur aéronautique, s’est rendu mercredi dernier sur le site pour confirmer aux 1 300 salariés la cession de leur usine à un groupe privé d’ici le mois d’août. C’est l’équipementier français Latécoère qui apparaît le plus probable repreneur de cette usine spécialisée dans la fabrication des pointes avant des avions Airbus et dédiée dans la production à venir des matériaux composites. La vente de Méaulte et de Saint-Nazaire ville s’inscrit dans la finalité du plan de restructuration et de suppressions d’emplois de Power 8. L’objectif affiché par la direction vise à externaliser jusqu’à 50 % de la production du futur A350, en partageant les investissements, les coûts de développement, et les risques avec d’autres partenaires.

Les syndicats de l’usine Airbus de Méaulte, du moins FO et la CGT, confirment leur opposition à la vente des sites et au plan Power 8. « Les personnels sont très inquiets car pas du tout rassurés par l’éventuelle arrivée d’un privé, ils veulent rester dans le groupe Airbus », témoigne Patrice Pays, délégué syndical CGT à Méaulte et élu au comité national France d’EADS, la maison mère d’Airbus. « Alors qu’Airbus vient d’engranger environ 80 milliards d’euros de commandes, qu’un plan de charge record est complet pour les sept années à venir, explique-t-il, personne ne peut admettre que l’on se sépare de l’usine de Méaulte indispensable avec la fabrication des pointes avant à la production des avions, et qu’Airbus ne puisse pas financer 150 millions d’euros pour le développement des matériaux composites à Méaulte. » Les syndicats FO et CGT ont annoncé qu’ils ne participeraient pas aux réunions prévues avec les éventuels repreneurs. Samedi dernier, lors de l’inauguration de la piste aéro-industrielle sur le site picard pour l’avion-cargo Beluga affecté au transport des pièces d’une usine à l’autre, le président du conseil régional de Picardie, Claude Gewerc, a menacé de réclamer en cas de cession le remboursement d’une partie des aides publiques versées.

Sur les différents sites Airbus, comme à Toulouse, la CGT a largement diffusé hier matin à tous les personnels Airbus un tract dans lequel elle réaffirme son opposition résolue au plan Power 8, aux ventes de sites et aux suppressions massives d’emplois. « Airbus, insiste le syndicat, doit stopper Power 8 et revenir à une politique industrielle de développement social et de l’emploi. »

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !