Liste des auteurs

article de Alexandra SCHWARTZBROD paru dans Libération le 10 novembre 2006

Alarme pour une « santé durable »

vendredi 10 novembre 2006 par Alexandra SCHWARTZBROD

En 2004, ils s’étaient réunis à Paris, au siège de l’Unesco, pour tirer la sonnette d’alarme. Une centaine de scientifiques ­ dont deux prix Nobel ­, un collectif de médecins, des associations de malades et des ONG avaient lancé l’appel de Paris pour alerter la société civile sur le lien de plus en plus avéré entre cancer (mais aussi stérilité, malformations, obésité, allergies...) et dégradation de l’environnement. Hier, les mêmes, certes plus nombreux ­ ainsi le simple collectif de médecins s’est élargi au Comité permanent des médecins européens, qui représente les conseils de l’Ordre des vingt-cinq Etats de l’UE ­, étaient réunis au même endroit pour dresser le même constat. Et présenter un mémorandum élaboré par 68 experts internationaux, proposant 164 mesures à appliquer d’urgence en Europe. Preuve que le précédent appel n’a guère été entendu par les pouvoirs publics, français et européens, et que bien peu a été fait depuis deux ans.

« Notre mauvaise santé est la facture que nous devons payer pour la pollution que nous générons, a lancé le cancérologue Dominique Belpomme, figure de proue du mouvement. Le concept de développement durable, désormais, est insuffisant, il faut lui associer le concept de santé durable. Car il ne peut y avoir de politique de santé efficace sans véritable politique environnementale ! » Les études publiées quasi quotidiennement sur le sujet suffisent, aux yeux des signataires de l’appel de Paris, à provoquer l’inquiétude. Ainsi, la revue britannique The Lancet analyse, cette semaine, les effets toxiques des produits chimiques (pesticides, solvants...) sur le développement du cerveau du foetus. « L’enfant est en danger, confirme Belpomme. La plupart des nouveau-nés sont déjà contaminés par près de 200 substances chimiques ! » Quant au cancer, il serait lié pour les trois quarts des cas, selon le cancérologue, à des facteurs environnementaux. D’où son sombre pronostic : « Tant que l’on ne prendra pas l’environnement en compte, le plan cancer en France sera un échec ! »

Les mesures à appliquer d’urgence ne sont pas nouvelles : renforcement du projet de réglementation européen Reach sur les produits chimiques (lire ci-dessous), réduction des pesticides, retrait des produits organobromés, valorisation des déchets par recyclage et tri sélectif, développement de l’agriculture bio... Mais, cette fois, elles ont peut-être une chance d’être entendues. Du moins en France, lanterne rouge de l’Europe. Sous la pression du « phénomène » Nicolas Hulot, les politiques semblent commencer à prendre en compte les problèmes d’environnement.


Le projet Reach en passe d’être voté

Le projet Reach, qui vise à passer au crible et à réglementer 30 000 substances chimiques fabriquées ou importées dans l’UE, devrait enfin être voté au Parlement européen, dans la semaine du 11 décembre. Face aux lobbies industriels, il semblerait que la Commission de l’environnement ait progressé sur certains points, obtenant notamment que des solutions plus sûres, lorsqu’elles existent, puissent se substituer aux produits les plus dangereux. L’information au citoyen devrait également être améliorée.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !