Liste des auteurs

Un article de Carole Papazian paru Le Figaro le 15 mars 2006

Année record pour les fonds d’investissement

mercredi 15 mars 2006 par Carole Papazian
FINANCE L’an dernier, les professionnels du capital investissement ont investi plus de 8 milliards d’euros dans 1 253 entreprises.

« Il y a dix ans, nous n’étions pas connus des créateurs d’entreprise. Il n’y avait que deux solutions : la Bourse ou la dette. Aujourd’hui, les entrepreneurs se tournent naturellement vers nous pour créer une entreprise ou financer leur croissance », explique Gonzague de Blignières, le président de l’Afic, l’Association française des investisseurs en capital. L’an dernier, avec 8,1 milliards d’euros investis dans 1 253 entreprises non cotées, les professionnels français ont battu un record. Leurs investissements ont augmenté de 55% par rapport à 2004.

« Nous ne sommes pas des hedge funds »

Le pourcentage dépasse même 70% sur le créneau très rentable des transmissions et LBO (leverage management buy out), c’est-à-dire la reprise par le management de l’entreprise. Pourtant, l’Afic ne décèle aucune bulle sur ce créneau. « Le marché français peut doubler le nombre d’entreprises en LBO », assure son président.

Aujourd’hui, les fonds d’investissement sont présents dans 4 000 entreprises représentant 1,2 million d’emplois. Et ils ont de plus en plus de moyens : ils ont levé l’an dernier 12 milliards d’euros, soit cinq fois plus qu’en 2004. Un autre record qui promet de nouvelles vagues d’opérations pour les années qui viennent.

D’où viennent ces liquidités ? D’abord des banques qui restent les premiers pourvoyeurs de fonds, suivies par les caisses de retraite. Les assureurs, eux, arrivent au troisième rang. Une performance « décevante » pour Jacques Chirac qui a récemment pointé du doigt l’insuffisante implication de la profession dans le financement des PME. Pour le président de l’Afic, il faudra d’ailleurs peut-être donner un à deux ans de plus aux assureurs pour porter leurs investissements dans le non-coté aux 2% de leurs encours initialement promis pour 2007. Un débat qui touche au coeur du tissu industriel français, puisque près de 90% des investissements sont réalisés dans des PME de moins de 500 salariés, selon l’étude de l’Afic et de PriceWaterhouseCoopers.

Enfin, à l’heure des rapprochements et autres fusions, la profession entend aussi clarifier son rôle. « Nous ne sommes pas des hedge funds, qui font des opérations hostiles sur les sociétés. Au contraire, les investisseurs en private equity travaillent avec le management en place », assure Gonzague de Blignières, qui s’imagine à la rigueur chevalier blanc, mais sûrement pas raider.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !