Liste des auteurs

D’après Reuters jeudi 17 février 2005 - 10:33

Arcelor confiant sur 2005 après des résultats 2004 records

jeudi 17 février 2005 par admin

PARIS - Arcelor a annoncé un quasi-doublement de son résultat brut opérationnel, en ligne avec les attentes des analystes, grâce à la forte hausse des prix de l’acier, à la poursuite de ses réductions de coûts ainsi qu’à la consolidation à partir du dernier trimestre de sa très profitable filiale brésilienne CST.

Le deuxième producteur mondial d’acier a dégagé un résultat brut opérationnel de 4,34 milliards d’euros contre 2,23 milliards en 2003 et un consensus des analystes interrogés par Reuters de 4,31 milliards d’euros.

Le résultat net a été multiplié par neuf à 2,31 milliards d’euros contre 257 millions en 2003.

Le groupe a annoncé le versement d’un dividende de 0,65 euro par action au titre de l’exercice 2004, contre 0,40 euro en 2003.

La hausse du résultat s’explique pour 50% par celle des prix de l’acier et pour le solde par les économies de coûts liées aux restructurations et par la contribution de CST a expliqué le président du groupe, Guy Dollé, sur BFM.

"Après une année 2004 exceptionnelle pour l’industrie sidérurgique, l’année 2005 devrait être une nouvelle année de défis pour le secteur et une très bonne année pour Arcelor", indique le groupe dans un communiqué.

"Nous bénéficierons de la consolidation en année pleine de nos acquisitions au Brésil et en Argentine", à précisé Guy Dollé à Reuters.

Arcelor ne consolide la contribution du brésilien CST que depuis octobre dernier et celle de l’argentin Acindar que depuis mai dernier.

Le groupe précise que l’industrie sidérurgique devrait continuer de bénéficier de la "consommation significative prévue de la Chine".

Arcelor a précisé que la consommation apparente d’acier en Europe devrait se maintenir en 2005 au même niveau que l’année dernière, les stocks étant revenus à des niveaux normaux.

LE GEARING RAMENE À 20%, CAP SUR LA CROISSANCE EXTERNE

Guy Dollé a ajouté qu’Arcelor serait en mesure d’augmenter les prix de ses aciers plats au carbone dans le courant du premier trimestre et que le groupe harmoniserait ses prix d’une région à l’autre au cours du trimestre suivant.

"Nous allons devoir répercuter aux clients pour lesquels nous ne l’avons pas encore fait la hausse des prix des matières premières", a-t-il précisé.

Arcelor est par ailleurs en discussion actuellement avec le brésilien CVRD, premier producteur mondial de minerai de fer, qui réclame une hausse des prix de 90%.

Guy Dollé a réaffirmé qu’il n’était pas disposé à engager les négociations sur une telle base et que les discussions pourraient -comme cela a été le cas dans le passé - se prolonger au-delà de la date d’expiration du contrat annuel d’approvisionnement, en avril.

Il s’est toutefois dit tout à fait conscient que la hausse des prix du minerai serait "significativement plus élevée" qu’en 2004 où elle avait déjà atteint 18,6%.

Forts de ses résultats records et de l’augmentation de capital de 1,1 milliard d’euros réalisée en juillet dernier, le groupe a réduit son endettement financier de 2,0 milliards d’euros au cours de l’exercice 2004.

Le ratio endettement financier net sur fonds propres y compris intérêt minoritaires, est ainsi revenu de 0,55 au 31 décembre 2003 à 0,20 à la fin 2004.

""Avec un gearing de 20%, on a à peu près atteint notre objectif. On va pouvoir s’intéresser à la croissance (externe)" a déclaré Guy Dollé sur BFM.

"Notre priorité à court terme est de participer à la privatisation de la sidérurgie turque", a-t-il poursuivi en précisant que le groupe "s’intéresse aussi à l’Inde et à la Chine".

"Compte tenu de notre taille, nous ne pouvons plus faire de croissance en Europe", a souligné Guy Dollé.

Né en 2002 de la fusion du luxembourgeois Arbed, de l’espagnol Aceralia et du français Usinor, Arcelor se situe de loin au premier rang en Europe. Il a en revanche, été détrôné l’année dernière de sa place de premier producteur mondial d’acier par Mittal.

Guy Dollé a précisé qu’un accord de principe avait été conclu avec l’italien Lucchini pour lui racheter l’aciérie polonaise d’Huta Warszawa.

Il a par ailleurs confirmé son intention de poursuivre les désinvestissements des activités non stratégiques et d’arrêter un haut-fourneau en Europe continentale, cet été.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !