Liste des auteurs

Lucy Bateman | L’humanité du 17.11.2007

Au tour des fonctionnaires !

dimanche 18 novembre 2007 par Lucy Bateman
Ils se préparent à la grève mardi, pour le pouvoir d’achat et contre les réductions d’effectifs dans la fonction publique.

Les fonctionnaires se rebiffent, affirment leurs syndicats : la journée de grève et d’action unitaire prévue mardi s’annonce forte, ont fait savoir hier les huit organisations (CGT, CFDT, FO, FSU, UNSA, Solidaires, CFTC et CGC) lors d’une conférence de presse.

Optimistes, les syndicats tablent sur « une forte mobilisation ». » On a de bons échos » car « les collègues relèvent la tête et se disent : si on n’agit pas, on n’aura rien », a affirmé Gérard Aschieri (FSU), qui n’exclut pas de voir une école sur deux en grève dans l’éducation nationale.

Les syndicats réclament une augmentation de la valeur du point d’indice, une refonte de la grille des rémunérations et le maintien de l’emploi public. Les sujets de mécontentement ne manquent pas : comme la majorité des Français, les fonctionnaires voient leur pouvoir d’achat s’éroder face à un État employeur qui refuse de desserrer les cordons de la bourse. En 2007, les fonctionnaires « ont perçu leur unique augmentation salariale le 1er février », avec une augmentation du point d’indice de 0,8 %, a rappelé Éric Fritsch (CFDT). « Mais (…) cette augmentation avait été accordée (…) au titre du rattrapage de l’inflation pour l’année 2006 », a-t-il précisé. « Il est faux d’affirmer, comme le fait le gouvernement actuel, que les fonctionnaires ont eu une augmentation salariale au titre de 2007. » Du côté des suppressions d’emplois, en revanche, c’est l’inflation : 5 000 à 10 000 en 2006, 15 000 en 2007, 23 000 en 2008 « 150 000 suppressions sont prévues d’ici 2012, rien que pour l’État », « sans aucun débat préalable, sans projet pour une fonction publique qui serait définie en termes de besoins, de nature des missions, de périmètre d’action, d’implantations », protestent les syndicats.

Quant à la convergence de cette journée d’action avec la grève dans les transports, les stratégies syndicales divergent : UNSA et CFDT y sont très réticents.

Pour Jean-Marc Canon (CGT), « s’il y a coïncidence des dates avec le mouvement de grève dans les transports, c’est parce que le gouvernement aura pris le risque de ne pas répondre aux revendications des salariés ». « Ces luttes ne s’opposent pas », a-t-il ajouté. « S’il y a convergence de mouvements, on fera avec, tout en affichant clairement les revendications des fonctionnaires », renchérit Gérard Noguès (FO). Le 18 octobre dernier, la CGT, FO, la FSU et Solidaires avaient appelé à se joindre à la grève des cheminots. Mais pour Élisabeth David (UNSA), « il est hors de question que les deux mouvements se mélangent. Nous tenons à un mouvement spécifique pour être entendus ». « On a la responsabilité de montrer le mécontentement des fonctionnaires. Il faut se concentrer sur cette visibilité », ajoute Éric Fritsch.

Si elles n’obtiennent aucune avancée à l’issue de cette journée, les organisations syndicales ont d’ores et déjà prévu de se retrouver le 21 novembre au soir, pour « envisager les suites » du mouvement.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !