Liste des auteurs

Dominique Buffier | Le Mondele 10.11.2007

BHP Billiton lance une OPA géante et hostile sur Rio Tinto-Alcan

samedi 10 novembre 2007 par Dominique Buffier, Antoine Reverchon

L’offre publique d’achat (OPA) hostile lancée, jeudi 8 novembre, par le numéro un mondial des mines, l’anglo-australien BHP Billiton, sur le numéro trois, l’anglo-australien Rio Tinto-Alcan, donnerait naissance à une capitalisation boursière de 350 milliards de dollars (238 milliards d’euros). Cette fusion hisserait, pour la première fois, une société minière dans le peloton de tête des plus grosses entreprises mondiales aux côtés des américains ExxonMobil, General Electric, Microsoft et tout récemment de PetroChina.

L’offre propose d’échanger trois actions BHP Billiton pour un titre Rio Tinto, valorisant ce dernier à 149 milliards de dollars. Tom Albanese, le directeur général de Rio Tinto, a souligné que la direction de son groupe l’a unanimement rejetée, car " significativement sous-évaluée".

Ces deux entreprises, cotées à Londres et à Sidney, sont présentes sur les principales ressources minières : charbon, uranium, or, minerai de fer, aluminium ou diamant. BHP Billiton compte 39 000 salariés dans le monde et Rio Tinto 100 000 (avec le groupe canadien d’aluminium Alcan, qu’il vient de racheter).

Si cette fusion géante ne représente que 10 % du volume mondial des ressources minières, comme ArcelorMittal dans la sidérurgie, le nouvel ensemble occuperait la première place dans les produits phares comme le cuivre, l’aluminium et surtout le minerai de fer, avec 40 % de la production mondiale. La Chine, qui en 2007 a consommé 42 % de la demande mondiale de ce minerai, est le principal enjeu de cette fusion. Cette position de quasi-monopole pourrait toutefois être remise en cause par différentes autorités de la concurrence.

A la Bourse de Sydney, vendredi, l’action Rio Tinto avait grimpé de 22 % en début de séance, avant de s’échanger à 132,08 dollars australiens (83 euros), en hausse de 16,47 %, à la mi-journée. Quant au titre BHP, il perdait 39 cents, à 42,85 dollars australiens.


L’industrie minière, en trois questions

1. Quels sont les principaux minerais métalliques et quels sont leurs usages industriels ?

Le fer représente le plus fort volume de minerai extrait et commercialisé dans le monde. Il est bien sûr la matière première de l’industrie sidérurgique mondiale pour la production de l’acier nécessaire à l’industrie automobile, aéronautique, aux biens d’équipement des ménages (électroménager), au BTP, etc.

La bauxite est le minerai de base de la fabrication de l’aluminium, deuxième métal utilisé par l’industrie mondiale en volume. L’aluminium est utilisé dans l’automobile, l’aéronautique, mais aussi les biens de consommation (pour l’emballage) et le bâtiment.

Le cuivre reste, pour la production des fils, une matière première indispensable pour l’industrie électrique et électronique, ainsi que dans le bâtiment.

Le zinc entre dans les alliages industriels résistant à la corrosion,en particulier dans l’automobile.

Les trois quart de la production de plomb servent à la construction des batteries et accumulateurs dans l’industrie automobile. Toutefois, sa toxicité pousse les constructeurs à rechercher des substituts, sauf dans les pays émergents comme la Chine, qui en sont ainsi devenus les principaux acheteurs.

L’étain, produit en beaucoup plus faible quantité, sert également pour les alliages avec l’acier, dont le plus connu est le fer blanc, utilisé pour l’emballage et les conserves, mais aussi pur ou en alliage avec le cuivre, le plomb ou l’argent dans la soudure, l’électronique (par sa conductivité), l’industrie du verre.

Le nickel, dont les volumes sont également faibles, est considéré comme un métal stratégique, car il entre dans la composition de l’acier inoxydable, pour l’industrie d’équipement et des biens de consommation, mais aussi des alliages utilisés dans le spatial et l’armement.

L’uranium alimente bien sûr l’industrie nucléaire en combustible. Le chrome, le molybdène, le platine, l’or et l’argent sont des métaux rares produits en petite quantité, réservés à quelques créneaux industriels comme la mécanique de précision, l’armement, le spatial et l’aéronautique.

2. Quelle est l’origine des principales compagnies minières occidentales ?

BHP Billiton, 39000 employés, nº1 du secteur, est le résultat de la fusion entre BHP et Billiton, en 2001.

BHP est née en Australie en 1885 sous le nom de Broken Hill Proprietary Company Limited, du nom de la colline où sept mineurs découvrirent un gisement de zinc, plomb et argent. Dès 1891, BHP étend ses activités aux mines de fer, puis de charbon et d’or après la première guerre mondiale. Elle se diversifie dans l’industrie sidérurgique dès 1915, dans le transport maritime et la construction navale. En 1967, elle démarre une activité pétrolière. A partir des années 1970, elle étend ses activités à l’étranger : Etats-Unis (pétrole), Chili (cuivre), Canada (diamants).

Billiton est née en 1860 aux Pays-Bas, regroupant des actionnaires intéressés par l’exploitation d’une mine d’étain en Indonésie, sur l’île de Billiton (aujourd’hui Belitung). Dans les années 1940, la compagnie étend son activité à l’extraction de bauxite en Indonésie et au Surinam. Rachetée en 1970 par Shell, Billiton devient le vecteur de l’expansion minière du groupe pétrolier en Afrique du sud (aluminium, charbon, titane, plomb, zinc, or, chrome, manganèse), Australie (aluminium, nickel, charbon, or, manganèse), Colombie (nickel et charbon), Mozambique (aluminium), Guinée (bauxite), Pérou (cuivre, antimoine, zinc), Chili (or, argent, cuivre), Canada (zinc, or, argent, plomb, charbon, cuivre), Brésil (bauxite, aluminium), Indonésie (or, argent), Ghana (or), Chine (zinc, plomb). Revendu par Shell à Glencore en 1994, Billiton fusionne avec BHP en 2001.

Rio Tinto, nº3 du secteur, est le résultat d’une alliance entre une société britannique créée en 1873 pour exploiter une mine de cuivre d’Andalousie située au bord de la rivière du même nom, et d’une société australienne, The Consolidated Zinc Corporation, créée en 1905 pour exploiter une mine de zinc dans ce pays. Les deux sociétés fusionnent en 1962. Entre 1960 et 1980, Rio Tinto diversifie ses activités dans le fer, l’uranium, l’aluminium, le charbon, les diamants, mais aussi dans le ciment, le pétrole, la chimie. A partir de 1988, le groupe se sépare de toutes ses activités non-minières.

Anglo-American a été fondée en 1917 par des actionnaires britanniques pour exploiter les mines d’or d’Afrique du sud. Dans les années 20, la firme étend son activité au cuivre, au platine, au charbon, en Zambie et Afrique du sud. Dans les années 1960, Anglo-American s’étend au Canada et dans l’industrie sidérurgique et même papetière, puis dans les années 1990 au Mali (or) eten Amérique latine (nickel, charbon, cuivre).

3. Où sont situées les principales ressources minières de la planète ?

Les pays développés (essentiellement l’Amérique du nord) produisaient en 2005 29 % du minerai de fer, 43 % du cuivre, 28 % de l’or, 30 % du nickel, 36 % du zinc, 36 % de la bauxite ; l’Afrique 4 % du fer, 9 % du cuivre, 21 % de l’or, 5 % du nickel, 4 % du zinc, 10 % de la bauxite ; l’Amérique latine 24 % du fer, 21 % du cuivre, 18 % de l’or, 17 % du nickel, 21 % du zinc, 27 % de la bauxite ; l’Asie (sauf Japon) 29 % du fer, 6 % du cuivre, 23 % de l’or, 26 % du nickel, 32 % du zinc, 19 % de la bauxite ; l’ancien bloc soviétique 14 % du fer, 21 % du cuivre, 10 % de l’or, 22 % du nickel, 7 % du zinc et 8% de la bauxite.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !