Liste des auteurs

Article de Antoine Jacob paru dans Le Monde du 1 er décembre 2006

Berlin favorise l’emploi des seniors après avoir repoussé l’âge de la retraite

vendredi 1er décembre 2006 par Antoine Jacob

Le gouvernement allemand a adopté, mercredi 29 novembre, une série de mesures destinées à maintenir ou à ramener sur le marché du travail les seniors. Baptisé Initiative 50 plus, ce projet de loi, qui devrait entrer en vigueur au printemps 2007, est destiné à accompagner le report prévu de l’âge légal du départ à la retraite. Celui-ci passera progressivement de 65 à 67 ans d’ici 2029, selon une décision gouvernementale prise en février et confirmée mercredi.

Comme ailleurs en Europe, les employeurs allemands rechignent à faire travailler les personnes de plus de 50 ans. Outre-Rhin, 55 % des 55 à 64 ans sont soit en préretraite, soit au chômage. Une tendance qui, selon les experts, risque d’aller en s’aggravant avec le vieillissement de la population, particulièrement marqué dans ce pays. L’initiative adoptée mercredi en conseil des ministres vise à faire passer à 50 % la proportion des actifs dans cette catégorie d’âge d’ici à 2010.

MESURES INCITATIVES

Pour y parvenir, le ministre du travail, le social-démocrate Franz Müntefering, a présenté diverses mesures incitatives. Un employeur qui embauchera, pendant une période d’au moins douze mois, un chômeur de plus de 50 ans recevra une aide correspondant à 30 % à 50 % du coût salarial ainsi occasionné. Une entreprise pourra employer des chômeurs de plus de 52 ans pendant une durée déterminée de cinq ans. Par ailleurs, l’Agence pour l’emploi remboursera de manière plus généreuse les dépenses de formation du personnel d’entreprise dès l’âge de 45 ans.

Le gouvernement a également prévu de compenser partiellement la différence entre les allocations chômage et un bas salaire, lorsqu’un inactif de plus de 50 ans acceptera un emploi faiblement rémunéré. Avec ce "Kombilohn", disponible pendant deux ans, M. Müntefering espère rendre le travail plus attractif pour les chômeurs peu ou pas qualifiés.

Ces mesures, censées remettre 100 000 personnes de plus de 50 ans sur le marché du travail, constituent un complément-clé du chantier des retraites, mis en route par la grande coalition dirigée par la chrétienne-démocrate Angela Merkel. A partir de 2012, le départ à la retraite sera relevé d’un mois par an jusqu’en 2023, puis de deux mois par an. Résultat : à partir de 2029, les Allemands qui souhaitent bénéficier d’une retraite complète devront travailler jusqu’à 67 ans.

Ceux qui auront cotisé pendant quarante-cinq ans pourront toutefois partir à la retraite dès 65 ans à taux complet. Cette exception déplaît aux syndicats, qui voient là une discrimination à l’égard des femmes et des chômeurs de longue durée. Pour M. Müntefering, il s’agit d’une faveur faite aux personnes qui ont commencé à travailler très jeunes.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !