Liste des auteurs

Rémy Barroux | Le Monde du 12.12.2009

Bernard Thibault entame un 4e mandat à la tête de la CGT

dimanche 13 décembre 2009 par Rémi Barroux

Le 49e congrès de la CGT s’est achevé, vendredi 11 décembre en fin de matinée, à Nantes (Loire-Atlantique). Bernard Thibault a été réélu à la tête du syndicat pour un quatrième mandat. M. Thibault, qui est aux commandes de la CGT depuis dix ans, peut afficher sa satisfaction. Les différents textes et orientations proposés par la direction sortante ont été validés par des majorités allant de 70 % à 80 %.

La nouvelle commission exécutive, composée de 54 membres, a été élue par plus de 90 % des mandats. "Un score jamais atteint depuis de nombreux congrès", a fait valoir la présidence de congrès.

En proposant une "résolution d’actualité" pour les mois à venir, vendredi matin, la direction a indiqué sa volonté de mobiliser la CGT notamment sur la question des retraites, des salaires et de l’emploi.

RÉFORME DES STRUCTURES

Une partie des délégués, qui ont exprimé, pendant les cinq jours du congrès, leur opposition à une direction confédérale jugée trop molle et tournant le dos à la "lutte de classes et de masse", ont dénoncé l’absence de revendication chiffrée, de même que l’imprécision du calendrier.

Le seul rendez-vous avancé est le 24 mars 2010, dans le cadre d’une journée internationale de mobilisation appelée par la Confédération européenne des syndicats (CES). Trop tard, juge une partie des délégués.

L’enjeu pour la nouvelle direction confédérale est maintenant d’engager concrètement la réforme des structures, d’ici au 50e congrès en 2012. "Trop de décisions de congrès ne sont pas toujours suivies d’effets ou mettent trop de temps à s’appliquer", juge Bernard Thibault qui ajoute que "les décisions de ce congrès seront plus contraignantes pour la direction".

L’enjeu de la réforme à venir est de redéfinir les champs de syndicalisation des nombreuses fédérations professionnelles pour mieux atteindre les salariés, dont une grande partie travaille dans les petites entreprises, les "déserts syndicaux".

Les jeunes sont aussi une priorité pour la CGT. Sans cette réorganisation sur le terrain, sans cette réforme des structures, l’avenir même pourrait être compromis.

En guise de bilan, devant la presse, M. Thibault a estimé que ce congrès traduisait "la poursuite, l’approfondissement et même l’accélération de l’évolution de la CGT ".

LES RETRAITES, UN "MARQUEUR"

Revenant sur le climat parfois houleux du congrès, qui l’a amené notamment à annuler la visite de son homologue de la CFDT, François Chérèque, M. Thibault, dans son discours de clôture, a martelé : "la CGT n’est pas une organisation qui peut fonctionner avec des écuries ou des tendances qui prétendraient agir dans la CGT en marge des règles de vie commune que se sont données tous les syndicats qui la constituent".

Acclamé pendant de longues minutes par les délégués debout, le "nouveau" secrétaire général de la CGT a appelé à l’action, notamment pour défendre les travailleurs sans-papiers ou sur le rendez-vous des retraites qui sera "le marqueur de la volonté de résistance des salariés". Rémi Barroux

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !