Liste des auteurs

Propos recueillis par Rémi Barroux | Le Monde le 14.05.2008

Bernard Thibault et la Représentativité : "Il faut rendre le syndicalisme plus attrayant"

mercredi 14 mai 2008 par Rémi Barroux, Bernard Thibault

Vous avez signé avec la CFDT et le Medef une déclaration commune pour réformer la représentativité. Ne prenez-vous pas un risque ?

Si les syndicats représentent l’opinion des salariés, il faut accepter que ce soient ces derniers qui décident du poids de chacun de leurs représentants. On sait que l’on aura beaucoup à faire dès lors que la position commune sera traduite sur le terrain législatif. François Fillon nous a dit que le gouvernement soumettrait un texte avant la fin de la session parlementaire. Cela nous convient, dès lors que ce texte reste fidèle à la position commune.

Quant à notre absence dans les entreprises, on ne peut pas demander à la loi de faire le travail syndical à notre place.

FO, la CGC et la CFTC et des syndicats comme l’UNSA et Solidaires sont critiques sur ce texte. Pourquoi ?

La CGT a défendu le principe d’une plus grande pluralité, avec la liberté de présentation au premier tour des élections professionnelles pour tous les syndicats, ce n’était donc pas pour nous réserver une chasse gardée. Pour apparaître à la table des négociations, jusqu’alors, il fallait être reconnu par les pouvoirs publics. Faut-il qu’à la place de cinq organisations, il y en ait six, sept ? Est-ce que les intérêts des salariés seraient plus efficacement défendus ? Dans un pays qui a un taux de syndicalisation de l’ordre de 8 %, la première des priorités ne peut pas être de savoir comment piquer les adhérents au voisin. Mais de rendre le syndicalisme plus attrayant.

Combien faut-il de syndicats ?

Ce sont les salariés qui décideront démocratiquement à terme du nombre d’organisations aptes à négocier en leur nom.

Il est souhaitable d’inverser la tendance et de réduire le nombre de syndicats, après une séquence de dispersion.

La CGT est-elle prête à se rapprocher de l’UNSA, Solidaires ou encore la FSU ?

Aucun rapprochement de ce type n’est à l’ordre du jour. Solidaires, dans les secteurs professionnels où il est implanté, principalement dans le public, a plutôt un regard pour le moins critique à l’égard de la CGT. Et parfois jaloux. A l’intérieur de la FSU, certains souhaitent plus de rapprochement avec Sud, d’autres plus avec la CGT et une troisième partie aspire à être une nouvelle confédération. La CGT travaille plutôt en direction des 90 % de salariés non syndiqués. Il nous reste un énorme champ à couvrir. Il faut être implanté partout et il n’y aura pas de présence spontanée de la CGT. Tous les syndicats vont être confrontés à une nouvelle réflexion.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !