Liste des auteurs

Fabrice Nodé-Langlois | Le Figaro du 05.03.2010

Bruxelles met 200 millions d’euros dans Nabucco

dimanche 7 mars 2010 par FABRICE NODÉ-LANGLOIS
Ce futur gazoduc de 3 300 km et d’un coût d’environ 20 milliards d’euros, est destiné à affranchir l’Europe de sa dépendance à l’égard de la Russie.

La commission européenne a annoncé jeudi qu’elle débloquait 200 millions d’euros pour la construction du gazoduc Nabucco. « Nous lançons un signal clair aux industriels », a expliqué Günther Oettinger, le nouveau commissaire à l’Énergie.« Nous attendons désormais un engagement crédible des entreprises pour participer au projet » en vue d’une décision d’investissement en 2010 et d’un premier coup de pioche en 2011 .

Ce futur gazoduc de 3 300 km et d’un coût d’environ 20 milliards d’euros, qui peine à se concrétiser, est destiné à affranchir l’Europe de sa dépendance à l’égard de la Russie. Ses promoteurs comptent sur le gaz de l’Azerbaïdjan, du Turkménistan, voire du Moyen-Orient, pour l’alimenter, mais aucun fournisseur n’est encore acquis. Nabucco réunit dans son tour de table l’allemand RWE et des groupes autrichien, bulgare, hongrois, roumain et turc. Les grands énergéticiens tels EDF, GDF Suez, l’allemand E.ON, le hollandais Gasunie et l’italien ENI soutiennent pour leur part les futurs gazoducs du russe Gazprom, Nord Stream et South Stream.

En début de semaine, Günther Oettinger avait surpris en annonçant que la Commission était prête à soutenir, sous certaines conditions, le projet South Stream de Gazprom, considéré par beaucoup d’experts comme concurrent de Nabucco l’européen. Interrogé jeudi à ce sujet, l’Allemand Oettinger a répondu que « South Stream et Nabucco sont complémentaires » et concourront à renforcer la sécurité énergétique de l’Europe.

Projets européens

Ce coup d’accélérateur au projet Nabucco était annoncé par le commissaire Oettinger dans le cadre du « second lot » de financements communautaires dans le domaine de l’énergie. Cette enveloppe de 2,3 milliards d’euros, élément du plan de relance économique européen, va cofinancer quarante-trois projets transfrontaliers, gazoducs et réseaux électriques. Une première enveloppe de 1,5 milliard avait été distribuée en décembre pour l’énergie éolienne et le stockage de carbone. Parmi les quarante-trois projets éligibles figure le Galsi (dotation de 120 millions d’euros), qui doit relier l’Algérie à l’Italie avec un embranchement vers la Corse.

Le commissaire a rappelé la nécessité de moderniser les réseaux du Vieux Continent, tant gaziers qu’électriques, car « beaucoup d’infrastructures ont 40 ans ». En cas de nouvelle crise du gaz comme celle de janvier 2009, pro­voquée par le différend entre la Russie et l’Ukraine, « les pays européens devraient être en mesure d’aider les États en difficulté » pour éviter la prise en otage de pays comme la Bulgarie. À cet effet, 80 millions d’euros serviront à modifier quatorze gazoducs de façon à leur permettre de pomper du gaz dans le sens inverse, d’ouest en est, en cas de pénurie d’un pays d’Europe centrale.

Bruxelles veut également employer ses fonds pour désenclaver les pays Baltes et des îles comme la Sicile.

La Commission précise que ses subventions constitueront un appel d’air pour des financements nationaux et privés. Au total, pronostique Günther Oettinger, « l’effet de levier » devrait décupler les investissements sur ces infrastructures, à hauteur de 22 milliards d’euros.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !