Liste des auteurs

Julie MAJERCZAK , Sylvestre HUET | Libération le 11 janvier 2007

Bruxelles parie sur le renouvelable

jeudi 11 janvier 2007 par Julie MAJERCZAK, Sylvestre Huet

L’Union européenne se veut plus déterminée que jamais à lutter contre le réchauffement. José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, a dévoilé, hier, sa feuille de route ( Libération d’hier). Il propose que l’Union s’engage à réduire de 20 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020 (par rapport à leur niveau de 1990), un but qui pourrait aller jusqu’à 30 % si les autres pays industrialisés suivaient dans le cadre d’un nouvel accord international. « L’Europe doit donner l’exemple au monde pour une révolution postindustrielle » , a-t-il noté, estimant que personne ne s’était jamais montré « aussi ambitieux. »

Catastrophique. Cette ambition a pourtant déçu les défenseurs de l’environnement. Pour le WWF (Fonds mondial pour la nature) comme pour Greenpeace, tout objectif inférieur à 30 % ne permettra pas de limiter la hausse de la température à 2 °C par rapport à ce qu’elle était pendant la période préindustrielle. Or au-dessus de cette limite, les études scientifiques internationales montrent que les conséquences du changement climatique seraient catastrophiques. C’était la position défendue par le commissaire à l’Environnement.

Même revue à la baisse, cette ambition est-elle à la portée de l’Europe alors que l’Union peine à remplir les objectifs (lire ci-dessous) du protocole de Kyoto ? L’exécutif européen parie sur les énergies renouvelables (solaire, éolien, hydroélectricité,bioénergie, etc.). Pour la première fois, Bruxelles propose de fixer un objectif contraignant selon lequel 20 % de la palette énergétique de l’Union européenne devra être produite à partir de sources renouvelables d’ici à 2020. Ce qui est loin d’être gagné dans la mesure où l’Union, qui visait les 12 % en 2010, n’en est aujourd’hui qu’à 7 %. Cet objectif est assorti d’un objectif minimal de 10 % pour les biocarburants.

« Urgent ». Autre sujet de mécontentement des écologistes : le nucléaire. Tout en restant prudente, dans la mesure où il s’agit d’une prérogative exclusive des Etats, la Commission souligne qu’on ne peut faire l’impasse sur le fait que le nucléaire ne produit pas de gaz à effet de serre. Coïncidence, le ministre allemand de l’Economie a jugé mardi soir « nécessaire » et « urgent » de réfléchir à une révision de l’accord sur l’abandon du nucléaire de son pays. Enfin, la Commission rappelle son but d’économiser 20 % de la consommation totale d’énergie primaire d’ici à 2020. Selon ce plan présenté en octobre, l’UE consommerait environ 13 % d’énergie en moins qu’aujourd’hui, ce qui éviterait la production de 780 tonnes de CO2 chaque année. Ces mesures doivent être soumises aux dirigeants européens lors de leur sommet du printemps. Si elles obtiennent un feu vert, la Commission passera alors aux propositions législatives.


Bouts de sciences sur le climat

En vingt-six articles, ce hors-série du mensuel Pour la science propose un tour d’horizon du dossier climat. Des simulations de l’avenir à la stratégie énergétique postpétrole, les auteurs traitent leur sujet avec précision. Leurs points de vue ne sont pas uniformes. Le lecteur notera avec étonnement celui de l’Américain James Hansen, qui, tout en dénonçant le caractère « dangereux » du changement climatique, propose de « maintenir les émissions de gaz carbonique au niveau actuel ». Il se plongera avec intérêt dans le premier article, signé Hervé Le Treut, une synthèse lumineuse de l’évolution des prévisions climatiques sur ordinateur qui avertit que « des réchauffements plus importants sont envisageables. »

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !