Liste des auteurs

LEMONDE.FR Avec AFP | 21.01.08

Bruxelles veut développer les biocarburants malgré les mises en garde des experts

lundi 21 janvier 2008

Selon un rapport de la Chambre des communes britannique, les agrocarburants auraient un impact négatif sur l’environnement. Les experts d’outre-Manche considèrent que "le soutien aux biocarburants a été prématuré au regard des risques environnementaux importants associés aux technologies actuelles". "En profond désaccord" avec ces conclusions, le commissaire européen à l’énergie, Andris Piebalgs, a affirmé, lundi 21 janvier, que le développement des agrocarburants entraînait "des réductions significatives des émissions de gaz à effet de serre, en comparaison avec leur alternative, le pétrole".

Pourtant, vendredi, trois jours avant la publication des résultats du rapport britannique, un document de travail émanant d’experts dépendant de l’exécutif bruxellois insistait, lui aussi, sur les menaces pour l’environnement d’une extension des cultures utilisées pour fabriquer des carburants d’origine biologique. Ces spécialistes préconisaient l’emploi des agrocarburants pour la production d’énergie, plutôt que pour les transports. Selon eux, les contribuables européens devront débourser entre 35 et 65 milliards d’euros pour porter à 10 % à l’horizon 2020, comme le souhaite Bruxelles, la part des combustibles biologiques utilisés pour les transports dans l’UE.

TROIS FAÇONS DE RÉDUIRE LES ÉMISSIONS DE CO2

La Commission européenne présentera mercredi une proposition de loi qui précisera quels biocarburants pourront être pris en compte pour atteindre cet objectif. Le texte détaillera aussi les critères environnementaux, pour éviter notamment de porter atteinte aux forêts et terrains agricoles des pays en voie de développement.

Pour motiver sa volonté de légiférer sur ces produits, la Commission a expliqué lundi que les agrocarburants avaient l’avantage de réduire la dépendance de l’UE vis-à-vis des producteurs de pétrole et de donner des opportunités nouvelles aux pays pauvres. Selon Bruxelles, il existe "seulement" trois façons de réduire les émissions nocives dans les transports : accorder une plus grande place aux modes de transport moins polluants comme le rail, promouvoir des véhicules moins émetteurs de CO2 et développer les biocarburants.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !