Liste des auteurs

Un déclaration de la CGT

C’est sur le contenu des politiques que les salariés jugeront l’action gouvernementale

mercredi 16 mars 2005 par Confédération Générale du Travail (CGT)
L’intervention du ministre de l’Economie et des Finances confirme que, tant les pouvoirs publics que les entreprises ont les moyens de satisfaire l’exigence de l’amélioration du pouvoir d’achat exprimée par les salariés le 10 mars.

Monsieur Thierry Breton inaugure une nouvelle méthode de communication. Il annonce vouloir répondre aux souhaits des Français de disposer de chiffres retraçant plus concrètement l’évolution de leur vie quotidienne et de leur situation. C’est cependant sur le contenu des politiques suivies que les salariés jugeront en définitive l’action gouvernementale.

Le ministre a rappelé que l’année 2004 a été la meilleure année de croissance pour notre pays depuis 2000. Les salariés avaient bien conscience de cette réalité. C’est pourquoi ils ont exigé, le 10 mars, une amélioration de leur pouvoir d’achat, des mesures pour l’emploi et le refus de la remise en cause des 35h. Ils veulent que leur travail soit payé en retour. L’intervention du ministre confirme que tant les pouvoirs publics que les entreprises ont les moyens de satisfaire cette exigence.

La réponse ministérielle est cependant biaisée. L’intéressement ne peut être en aucune manière un substitut aux augmentations salariales. A cet égard, la Cgt réaffirme le caractère déterminant pour les salariés du secteur privé de la réunion de la Commission nationale de la négociation collective du 18 mars prochain qui doit déboucher sur des actes concrets et, en particulier, sur l’ouverture dans les branches professionnelles et les entreprises de négociations salariales.

Pour leur part, les fonctionnaires attendent de savoir quelles seront les propositions gouvernementales lors de la réouverture des négociations, le 22 mars prochain.

L’heure est donc toujours à la mobilisation.

Concernant la politique industrielle et la recherche également évoquées par le ministre, la Cgt rappelle son exigence que les pouvoirs publics engagent en la matière une politique conséquente. Nous réclamons depuis des mois un véritable dialogue sur ce sujet. Il est dès lors dommage que l’on rouvre ce dossier par de nouvelles déductions d’impôts pour les entreprises, sans garantie de l’usage qui sera fait des ressources correspondantes.

Retrouver une croissance pérenne plus forte s’appuyant sur le développement de l’emploi et la réponse aux besoins sociaux, est un véritable enjeu. Cela suppose une rupture avec les choix libéraux et les politiques d’austérité.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !