Liste des auteurs

Article de Sandrine Blanchard paru dans Le Monde du 5 juillet 2006

CMU : l’ordre des médecins connaissait les difficultés dès 2005

mercredi 5 juillet 2006 par Sandrine Blanchard
Le collectif des médecins généralistes pour l’accès aux soins (Comegas) a demandé à la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde), dans un courrier daté du 27 juin, de se saisir des difficultés rencontrées par les bénéficiaires de la couverture-maladie universelle (CMU) pour obtenir un rendez-vous chez certains spécialistes libéraux et dentistes. Le Comegas s’inquiète de "ces pratiques discriminatoires concernant l’accès aux soins des personnes en difficulté".

Selon une enquête réalisée par "testing" au début de l’année dans le Val-de-Marne, à la demande du Fonds de financement de la CMU, 41 % des médecins spécialistes et 39 % des dentistes refusent de recevoir une personne bénéficiant de la CMU (Le Monde du 24 juin). Pour le Collectif, qui regroupe une cinquantaine de généralistes à travers la France et qui est à l’origine de la première enquête parue sur le sujet en 2005 dans la revue Que choisir, ce résultat "ne fait que confirmer ce que nous constatons au quotidien pour nos patients les plus en difficulté".

En février 2005, des généralistes parisiens - dont des malades s’étaient vu refuser un rendez-vous chez un spécialiste - avaient alerté le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) sur ces attitudes contraires à la loi et à la déontologie médicale. Après l’enquête du Fonds CMU, le CNOM a affirmé qu’il n’avait été saisi "d’aucune plainte". Pourtant, dans un courrier daté du 21 février 2005, il concédait que "certains conseils départementaux de l’ordre des médecins ont effectivement rapporté des cas, heureusement rares, où des médecins ont cru possible de refuser leurs soins à des bénéficiaires de la CMU".

Dans sa lettre à la Halde, le Collectif rappelle que "la question de l’accès aux soins et des inégalités sociales constitue un problème sanitaire majeur", la France ayant un des plus forts différentiels de morbidité et de mortalité liée à la catégorie sociale. Aux syndicats de médecins qui font valoir que cette "évolution récente" de refus de soins est liée à la mise en place de la réforme de l’assurance-maladie et du nouveau parcours de soins, le Comegas fait remarquer que l’enquête de Que choisir était "antérieure à la réforme".

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !