Liste des auteurs

AFP / 10 octobre 2012

Centrale Eon d’Hornaing : le sort des salariés occupant le site décidé jeudi

jeudi 11 octobre 2012

DOUAI (Nord) - Le tribunal de grande instance de Douai (Nord) se prononcera jeudi sur le sort de salariés de la centrale thermique Eon d’Hornaing, assignés par leur direction qui demande la fin de l’occupation du site menacé de fermeture.

L’ordonnance du tribunal sera rendue jeudi à 10h00.

La direction d’Eon France, filiale du numéro un allemand de l’énergie, a assigné en référé une partie des salariés afin d’obtenir la fin de l’occupation de la centrale. Celle-ci a débuté fin septembre pour protester contre la fermeture annoncée du site.

Pour nous, il n’y a pas d’entrave à la liberté de circulation avant l’assignation. Je l’ai démontré par un constat d’huissier. L’agent de sécurité a montré le registre des entrées et sorties montrant qu’avant l’assignation, des visiteurs et des salariés avaient pu intervenir, a déclaré à l’AFP Anne-Sophie Audegond, qui défend les salariés CGT d’Eon, à l’issue de l’audience.

Il n’y a de toute façon pas d’entrave actuelle, puisqu’il y a trois entrées sur le site, a-t-elle ajouté.

Une thèse contestée par l’avocat d’Eon. L’accès est bloqué pour la direction et les cadres. On est venu demander le débloquage, a déclaré Me Laurent Cruciani. Présent à l’audience, le directeur de la centrale, Nicolas Markovits, n’a pas souhaité s’exprimer.

Fin septembre, Eon France avait annoncé l’abandon d’un projet de centrale à gaz à Hornaing et l’arrêt de la production existante à compter du 31 mars 2013.

Pour Me Audegond, la direction ne respecte pas ses engagements. En 2010, elle avait promis une poursuite de l’activité jusqu’en 2015, et là elle annonce une fermeture en mars 2013 par un communiqué de presse. Ca met les salariés dans le désarroi.

La priorité des salariés est de maintenir l’emploi sur le site, a-t-elle insisté.

Les salariés veulent absolument garder leur boulot. On est à la recherche de repreneurs, a-t-elle expliqué. Il y aurait peut-être un repreneur. Des négociations sont en cours pour une reprise du site à un euro symbolique, mais c’est encore secret, a-t-elle ajouté, sans pouvoir détailler davantage.

Une trentaine de salariés ont manifesté mercredi devant le tribunal, arborant une banderole assurant que La centrale d’Hornaing vivra, a constaté une journaliste de l’AFP.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !