Liste des auteurs

Article de Christelle Chabaud paru dans L’Humanité du 24 novembre 2006

Champion cède à Babette

vendredi 24 novembre 2006 par Christelle Chabaud
Commerce . Face à la mobilisation du quartier, le supermarché a donné des indemnités à l’ancienne caissière.

Un dénouement aussi rapide, Élisabeth Dupart ose à peine y croire. Lundi dernier, la direction du groupe Champion lui a proposé une conciliation « acceptable », qu’elle a tout de même assortie d’une clause de confidentialité sur le montant des indemnités versées. En une heure de temps, la faute grave dont était accusée l’ancienne chef caissière du centre commercial Bolière 3, à Orléans, s’est soudain évaporée. « J’en connais plus d’un à qui il a fallu plus de trois ans pour faire valoir ses droits, j’ai eu beaucoup de chance », estime-t-elle modestement.

crédits occasionnels à des clients démunis

Pas de doute, sans la mobilisation des clients et des commerçants, l’épilogue eut été autre. Car fin septembre, dès l’annonce du licenciement de celle qu’ici tout le monde appelle Babette, c’est le branle-bas de combat dans le quartier populaire de la Source. D’autant que le motif de sa mise à la porte est d’avoir fait des crédits occasionnels ou réguliers, pendant plus de seize ans, à des clients démunis. Dès les premiers jours, une pétition de soutien qui circule dans les boutiques du centre commercial recueille plusieurs centaines de signatures. Un collectif se monte, des rassemblements sont organisés sur le parking du Champion... Avec, à chaque rendez-vous, de nouvelles têtes prêtes à défendre celle que parfois ils ne connaissent que de renom.

Un Rassemblement festif

« Nous étions en train de préparer une opération "zéro client" pour le 26 novembre », raconte Michel Ricoud (PCF), l’un des animateurs du comité de soutien à Babette. Finalement, face à l’évolution de la situation, l’appel au boycott s’est transformé en un rassemblement festif dimanche matin devant le Champion. « Du fond du coeur, je tiens à remercier publiquement tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, m’ont apporté leur soutien », explique-t-elle.

Et après ? Babette tirera définitivement sa révérence. Après vingt-six ans de service, elle n’a même pas cherché à obtenir sa réintégration. Elle appréhendait trop une ambiance délétère. Jusqu’aux fêtes de fin d’année, elle va s’accorder un peu de repos avant de partir chercher du travail dans le Loir-et-Cher.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !