Liste des auteurs

L’Humanité du 13 avril 2007

Citroën-Aulnay, deux conflits historiques

samedi 14 avril 2007
Par Joël Biard, président de l’Institut d’histoire sociale CGT Île-de-France

Le 23 avril 1982 démarrait le conflit historique de Citroën à Aulnay-sous-Bois. Vingt-cinq ans après, à l’usine d’Aulnay le conflit portant sur les salaires, l’embauche des intérimaires et la retraite entre dans une nouvelle phase après cinq semaines de grève.

Secrétaire général de l’UD CGT de la Seine-Saint-Denis de 1974 à 1990, je voudrais porter témoignage et mettre en exergue un certain nombre de réalités pas forcément nouvelles, même si elles se déroulent dans un contexte très différent.

Dans un article du Monde du 7 avril 2007, Jean Luc Vergne, directeur des ressources humaines de PSA Peugeot, déclare : « Le dialogue social avec les organisations syndicales représentatives est une réalité qui porte ses fruits depuis des années. »

Les temps ont changé. Le 24 mai 1982, le PDG de Citroën, Jacques LOMBARD, déclare dans une interview publiée par le Matin qu’il est « en guerre avec la CGT ; guerre économique, guerre sociale, guerre politique », en fait en guerre contre la démocratie. Le mouvement de 1982, d’une profondeur extrême, « véritable libération d’un peuple » soumis à la répression permanente, aux vexations et brimades, aux violences physiques, a constitué pour tous un tournant historique.

Mais les modifications du contexte ne doivent nullement laisser croire que Citroën serait devenu le chantre du dialogue social. Cette direction s’est toujours située dans une logique d’affrontement de classe, basée sur la peur, le refus de la citoyenneté, le mépris des individus, la limitation des libertés et le maintien et le renforcement du syndicalisme patronal.

Pendant toute la durée du conflit de 1982, elle s’est refusée à négocier véritablement. Il a fallu la nomination, par le gouvernement, d’un médiateur (Jean Jacques Dupeyroux) pour avancer.

Au lendemain de la manifestation monstre du 26 mai 1982 (80 000 manifestants à Paris), le médiateur faisait connaître aux syndicats et à la direction de Citroën le contenu de la recommandation qui accordait l’essentiel des revendications exigées par le manifeste des ouvriers spécialisés d’Aulnay-sous-Bois. Le PDG Lombard, dès le lendemain, annonçait l’acceptation par Citroën de ce relevé du médiateur au cours d’une émission de télévision, sans aucune négociation véritable.

La droite aujourd’hui combat les décisions du conseil général de la Seine-Saint-Denis de manifester sa solidarité avec les grévistes de PSA Aulnay. L’UMP, pour raison de contexte électoral, ne peut afficher ouvertement son soutien à Citroën et le gouvernement n’a rien fait pour contribuer aux négociations. C’est une constante de la droite, ce soutien et cette défense de PSA-Citroën. Du RPR à l’UDF, en passant par le centre des indépendants-paysans et tout le CNPF, la droite rassemblée en a rajouté, contribuant au renforcement du caractère d’affrontement social et politique de ces conflits.

La rencontre et la déclaration du secrétaire général du RPR, Bernard Pons et du président de la Confédération des syndicats libres Auguste-Blanc, le 20 mai 1982, confirment cette haine vis-à-vis de la démocratie sociale et des syndicats.

Au moment où de nombreux candidat-e-s de gauche à l’élection présidentielle viennent apporter leur solidarité aux grévistes, quelle a été la relation entre la gauche et le conflit des Citroën en 1982 et 1984 ?

En 1982, le gouvernement de toute la gauche soutient la lutte des Citroën et concourt avec différentes initiatives et interventions après cinq semaines de conflit à la victoire des revendications, de la liberté et de la dignité avec la perspective des élections libres des délégués du personnel et du comité d’entreprise.

En 1984, lors du deuxième conflit le gouvernement socialiste (les communistes ont quitté le gouvernement en juillet) accepte, en août, les licenciements, « les cages à rats » à l’entrée de l’usine et contribue à la présence nombreuse et l’intervention des forces de l’ordre contre les grévistes.

En 1982, le pouvoir politique de ce moment contraint l’économique (le groupe PSA-Citroën) aux négociations. En 1984, le pouvoir politique accepte et entérine les décisions du groupe PSA. Le rapport de force a changé entre 1982 et 1984 en faveur du patronat.

L’ampleur et la solidarité, aujourd’hui comme hier, constituent un élément décisif du rapport de force et d’une issue positive.

Si exemplaire que fut la combativité des OS d’Aulnay en 1982, sans la solidarité de lutte et financière, rien n’eut été possible. Celle-ci s’est traduite par de nombreuses actions et manifestations, la collecte de 140 millions de centimes en quelques semaines, le soutien de l’ensemble des municipalités démocratiques et du Conseil général de la Seine Saint-Denis.

Tous se sentent d’une manière ou d’une autre concernés par ce qui se passe chez Citroën, comme le confirment aujourd’hui les différents témoignages, l’élan de solidarité et la perspective du concert de lutte et de solidarité du 14 avril. Leur grève d’intérêt général est en résonance avec la souffrance au travail vécue par des millions de salariés dans notre pays et l’exigence d’une nouvelle répartition des richesses en faveur du monde du travail.

Au moment où l’histoire rejoint le présent, saluons l’attitude et la responsabilité des grévistes, de leurs organisations syndicales face à une direction qui multiplie les provocations, refuse de négocier véritablement et a joué le pourrissement.

Les acteurs de 1982 seraient fiers des actions des jeunes de 2007 comme ceux de 2007 peuvent être très fiers de ce que leur ont légué leurs aînés. Dans cette forteresse patronale rien n’est acquis ni octroyé.

Tout dépend de la lutte, d’une bataille d’une classe ouvrière solidement organisée.

Comme hier, ceux d’aujourd’hui méritent notre respect, notre soutien et notre solidarité dans ce combat pour la dignité, la liberté, le progrès social et la démocratie.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !