Liste des auteurs

Une dépèche AFP et Reuters parue sur lemonde.fr le 6 avril 2006

Condoleezza Rice défend le nucléaire indien

jeudi 6 avril 2006

La chef de la diplomatie américaine, Condoleezza Rice, a mis en garde le Congrès, mercredi 5 avril, contre toute tentation de modifier le récent accord de coopération nucléaire américano-indien sous peine de détruire le nouveau partenariat établi entre les deux pays.

L’accord signé le 2 mars durant une visite officielle du président George W. Bush en Inde suscite des réserves au Congrès américain. L’Inde, qui possède l’arme atomique, n’est pas signataire du traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

Lors d’une audition devant la commission des affaires étrangères du Sénat, Mme Rice a exhorté les parlementaires à donner leur feu vert à cet accord qui permettra à l’Inde d’accéder à des technologies nucléaires civiles américaines, à condition de placer la majorité de ses réacteurs nucléaires sous régime d’inspections internationales. "Qu’arriverait-il si cet accord était rejeté ou modifié suffisamment pour en changer le sens ? toute l’hostilité et les suspicions du passé seraient redoublées", a-t-elle dit, en rappelant les tensions passées qui existaient entre Washington et New Delhi.

Mme Rice a également affirmé qu’une mise en échec de l’accord apporterait "aux ennemis de ce nouveau partenariat une grande victoire. Nous irions en arrière au lieu d’aller de l’avant", a ajouté la secrétaire d’Etat. Elle a précisé que la Russie, la Grande-Bretagne, la France et l’Australie soutenaient l’accord, qui ne peut être entériné que si le Congrès modifie une loi américaine interdisant l’exportation de technologies pouvant aider le programme nucléaire d’un pays n’ayant pas ratifié le TNP.

CONTENIR LA CHINE, TENIR TÉHÉRAN A L’ÉCART

Les critiques estiment que l’accord pourrait renforcer les puissances nucléaires hors la loi comme l’Iran et la Corée du Nord, bien que le caractère exemplaire de la non-prolifération nucléaire indienne ait été officiellement reconnu.

Sur ce point, Condoleezza Rice a fait savoir que les Etats-Unis suivaient de près les relations que l’Inde entretient avec l’Iran. "Les Etats-Unis ont clairement fait savoir à l’Inde que ses relations avec l’Iran les inquiétaient", a déclaré la chef de la diplomatie américaine au Congrès. "Nous leur avons clairement dit que le gazoduc nous préoccupait", a ajouté Mme Rice, faisant référence aux négociations en cours entre l’Iran, le Pakistan et l’Inde pour la construction d’un gazoduc entre les trois pays.

L’Inde avait dans un premier temps exprimé des réserves sur la nécessité de saisir le Conseil de sécurité du programme nucléaire iranien, mais avait fini par voter en faveur de cette saisine.

Enfin, sans mentionner explicitement la Chine, l’autre "géant" asiatique, qui poosède un énorme appétit énergétique, l’administration américaine compte, en favorisant le nucléaire civil indien, contenir sa montée en puissance et transformer l’Inde en "pilier" de la stabilité régionale. Avec AFP et Reuters

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !