Liste des auteurs

Thomas Lemahieu | L’humanité du 10.04.2008

Contre Power 8, la CGT souffle sur les braises

vendredi 11 avril 2008 par Thomas Le mahieu
Aéronautique . Avec les dernières révélations sur les délits d’initiés à Airbus, les salariés sont écoeurés. Ils continuent de contester l’externalisation des usines de Méaulte et de Saint-Nazaire.

En attendant, hier matin, les bus venus, à l’appel de la CGT, des quatre coins du pays et de toutes les filiales possibles et imaginables d’EADS, les ouvriers de « l’usine-ville » de Saint-Nazaire, un des deux sites français d’Airbus condamnés dans le plan de restructuration Power 8 à être, avec Méaulte (Somme), externalisé et cédé à Latécoère, devisent amèrement. Dans l’actualité, il y a la caisse noire antigrève de l’UIMM : chez PSA à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), la direction vient de reconnaître avoir reçu de la fédération patronale de la métallurgie la bagatelle de 550 000 euros après une grève de six semaines au printemps 2007 ; or, à peu près à la même époque, les sites d’Airbus à Nantes et à Saint-Nazaire avaient été secoués par un conflit social inédit et puissant (lire par exemple l’Humanité du 10 mai 2007). Délégué à Saint-Nazaire et représentant de la CGT au comité central d’entreprise (CCE) d’Airbus, Christian Caillé envisage dès la prochaine occasion de poser la question du recours, ou non, d’Airbus aux mannes de l’UIMM pour contrecarrer les grèves de l’année dernière. « Mais je les vois venir, ils ne vont rien vouloir nous dire », déplore-t-il.

Mais il y a plus urgent encore pour les salariés d’Airbus : la presse commence à livrer des détails sur le scandale des délits d’initiés parmi les dirigeants de premier plan d’EADS et d’Airbus (lire aussi ci-dessous). Devant 700 salariés d’Airbus et d’EADS, en présence de grosses délégations de Nantes, de Méaulte et de Toulouse, Xavier Petrachi, délégué syndical central CGT, fait un tabac en énumérant les noms des membres du comité directeur d’Airbus et d’EADS mis en cause par l’Autorité des marchés financiers (AMF). Noël Forgeard, ex-patron d’EADS soupçonné d’avoir utilisé ses informations encore confidentielles pour réaliser une plus-value de 4,3 millions d’euros, est particulièrement conspué par la foule. Et le représentant syndical n’omet pas de dénoncer les 2 milliards d’euros empochés à l’époque par le groupe Lagardère. « Il y a une rupture de confiance entre les salariés et la direction, constate-t-il. Ça n’est pas possible de continuer sur le plan Power 8 comme si de rien n’était. »

Pour Jean-Jacques Desvignes, coordinateur CGT du groupe EADS, le plan Power 8 qui, en plus de la cession de plusieurs sites industriels, prévoit la suppression de 10 000 emplois en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne, a presque du plomb dans l’aile. « Cela ne passe toujours pas, se félicite-t-il. Et c’est heureux, parce que cela constitue un danger majeur pour toute la filière aéronautique. On a des plans de charge au taquet, avec 630 avions à construire en 2010 (contre 450 l’année dernière) et, au lieu d’embaucher, le groupe privilégie des délocalisations, des externalisations et une stratégie qui le conduit dans les pays à bas coût… » Alors qu’en Allemagne, le repreneur prévu - OHB - pour les deux usines à céder vient de se désister, la CGT entend bien en profiter pour obtenir le maintien de Saint-Nazaire et de Méaulte dans le giron d’Airbus. « On nous explique que les usines allemandes appartiendront à une filiale d’Airbus, à 60 % d’EADS et à 40 % de fonds de pension, relève encore Xavier Petrachi. Cela nous conforte dans notre démarche : la vente de Saint-Nazaire et de Méaulte à Latécoère doit être abandonnée. »

Un peu plus tard dans l’après-midi, en route pour prendre la tête d’une manifestation départementale, à l’appel, cette fois unitaire, de la CGT, de la CFDT, de la CFTC, de l’UNSA, de la FSU et de Solidaires, les gars d’Airbus rêvassent entre eux. « Qu’est-ce que ça serait bien de refaire une grève comme celle de l’année dernière », lance l’un d’eux. Et un autre : « Ouais, ça serait encore mieux de la faire en mai pour célébrer les quarante ans de la grève générale dans laquelle nos anciens s’étaient lancés juste avant tous les autres. » Le rendez-vous est pris.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !