Liste des auteurs

Article de Alain Cwiklinski paru dans L’Humanité le 18 avril 2006

Crainte de fermeture du site Rencast à Delle

mardi 18 avril 2006 par Alain Cwiklinski
Automobile . Le groupe sous-traitant a annoncé la suppression de 77 postes dans son usine de Delle, en Franche-Comté, mais la fermeture s’invite en pointillés.

Tandis qu’à Reyrieux dans l’Ain, Rencast a ouvert la chasse aux syndicalistes (l’Humanité du 13 avril) ; dans le Territoire de Belfort, à Delle, c’est la chasse aux emplois qui a fait son apparition la semaine dernière. L’entreprise franc-comtoise du groupe, spécialisée dans la fonderie d’aluminium pour l’automobile, qui compte encore 211 salariés, a annoncé un plan social qui prévoit la suppression de 77 emplois. La direction avance des pertes chroniques et un manque de productivité pour justifier ces licenciements, mais, selon les syndicalistes, c’est un processus de fermeture définitive du site que vient d’enclencher Rencast.

« LA MENACE EST SéRIEUSE »

Pour Pascal Burghoffer, secrétaire CGT du comité de groupe, la menace est sérieuse : « Ce nouveau plan social est le dixième dans une usine qui n’a cessé d’être vidée de sa substance. Ils vont encore faire partir les plus jeunes. La moyenne d’âge est comprise entre quarante-trois et quarante-cinq ans et va donc encore s’élever. Il suffira de ne pas remplacer le personnel partant en retraite et les effectifs diminueront peu à peu jusqu’à la fermeture. » Dix plans sociaux, dix fois moins de salariés au début de cet été, pour une entreprise qui a compté jusqu’à 1 200 personnes, c’est dix bonnes raisons de mettre le moral de ces salariés en berne. D’autant que la promesse faite par l’équipementier d’installer une nouvelle presse de 1 600 tonnes dans l’usine delloise est tombée bizarrement dans les oubliettes.

L’usine travaille à 64 % pour Peugeot-PSA. Elle ne fournit plus, après le déménagement de deux presses en 2004, que les carters du moteur Diesel de type TU, « une série vieillissante qui arrive à bout de course », souligne Pascal Burghoffer, ajoutant : « en nous retirant les deux presses, on nous a mis un genou à terre. Nous ne fabriquons que des pièces vieilles comme Mathusalem. Au fil des ans, on a perdu des compétences. Et surtout, on ne voit rien venir. » La baisse de productivité et les pertes invoquées par la direction trouvent certainement son explication dans le manque d’investissement depuis 2004. Pourtant, selon les syndicats CGT et CFTC de l’entreprise, les comptes 2005 approchent de l’équilibre. Pas suffisants pour la direction, qui espère, après ce énième plan social, dégager des bénéfices en 2007. Un discours lénifiant qui ne rassure pas les syndicalistes, qui soupçonnent des pratiques douteuses dans les comptes de Rencast : « Nous sommes, comme par hasard, la seule usine du groupe à perdre de l’argent. Je pense que les comptes doivent être passés au peigne fin et, après, on verra. »

le droit d’alerte des symdicats

Les responsables syndicaux ont déclenché le droit d’alerte et attendent avec impatience la nomination d’un expert. Jusqu’à maintenant, les salariés se sont contentés de débrayages de quelques heures, mais le ton monte et ils n’excluent pas des actions plus dures dans les prochains jours : « Il y a un CE dans une quinzaine de jours, nous n’allons pas rester les bras croisés devant cette nouvelle agression à l’emploi », préviennent les membres de l’intersyndicale.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !