Liste des auteurs

Un article de Philippe Jérôme paru dans l’Humanité du 11 septembre 2004

Dans la vallée de l’Huveaune, la résistance s’organise

lundi 13 septembre 2004 par Philippe Jérôme
Un groupement de défense de l’emploi dans la vallée de l’Huveaune s’est créé cet été, plaçant sous sa protection l’usine Nestlé.

Cette fois, Don Camillo et Peppone font cause commune. Prêtre depuis un an pour le secteur Saint-Marcel-Saint Menet, Robert Peloux se dit " extrêmement choqué par la fermeture d’usines qui marchent par le fait que le travail est de plus en plus traité comme une marchandise par la mise en concurrence acharnée des travailleurs et des peuples par des financiers qui ne cherchent qu’à aller au moins-offrant ". Pour cet ancien curé des quartiers Nord de Marseille, " il y a un appel de l’Évangile pour aider tous ceux qui ne comptent pas à regagner en espérance ". Conseiller municipal communiste de Marseille, élu depuis des années dans la vallée de l’Huveaune, Marcel Benassi, la référence à la foi religieuse en moins, dit exactement la même chose. Il cherche également à mettre en mouvement la population " pour s’opposer à la casse de l’emploi industriel et l’amener à soutenir la proposition de loi des députés du PCF visant à stopper les délocalisations d’entreprises qui font des bénéfices ". Robert Peloux et Marcel Benassi se retrouvent à militer ensemble au sein du " groupement de défense de Nestlé et de l’emploi industriel dans la vallée de l’Huveaune ", qui, en juillet dernier, a mis un bon millier de personnes dans la rue, soit la plus grosse " manif " organisée dans ce quartier depuis la Libération !

L’annonce brutale de la fermeture de Nestlé le 21 mai dernier a agi comme un électrochoc dans une vallée qui, au fil de ces vingt dernières années, a perdu quelques-uns de ses fleurons industriels, tels Pechiney, Prior ou Coder, et donc des emplois. Par milliers ! Outre Nestlé, les dernières grosses " boîtes " de l’est de Marseille, comme Total-Fina-Chimie, Panzani (qui par ailleurs cherche à liquider Lustucru-Riz à Arles) ou les brasseries Heineken, donnent des signes de faiblesse. " Devant cette situation, dès le 2 juin nous, les élus communistes de la vallée, avons organisé une conférence sur l’emploi où nous avions invité bien sûr les salariés de Nestlé, mais aussi les associations et comités de quartier, des commerçants et artisans, etc. Et même le député maire UMP de l’arrondissement ", raconte Daniel Hamiot, secrétaire de la section du PCF et conseiller d’arrondissement. De cette conférence est né le " groupement de défense de l’emploi dans la vallée de l’Huveaune ", qui fait de la défense du site de Nestlé sa priorité absolue.

Dans cette sorte de confrérie des chevaliers du boulot, qui se réunit autour d’une modeste table rectangulaire de chez Emmaüs, on y trouve, justement, Gérard Puddu, représentant l’association fondée par l’abbé Pierre, connue pour son action en faveur du logement social, mais qui entend aussi se battre " contre toutes les causes des injustices et des inégalités qui engendrent la précarité et la misère ". Il y a aussi Michel Bijon, directeur artistique du Théâtre de l’Arcane, déjà connu dans la vallée pour son travail de création artistique avec des salariés et qui entend " restituer à l’artiste son rôle dans la société en se trouvant aux côtés des gens qui luttent ". Ou encore des représentants de la CGT de l’hôpital du quartier, qui ont fait signer des cartes pétitions de soutien aux Nestlé, du groupement politique Ballon rouge, de la LCR, du PS, de la Confédération syndicale des familles et, bien sûr, des syndicalistes de l’usine Nestlé de Saint-Menet. En tout une bonne vingtaine d’organisations qui ont fait parvenir à 450 élus des Bouches-du-Rhône une adresse leur demandant " d’agir par tous les moyens " pour obliger le groupe Nestlé à étudier toutes les possibilités permettant de maintenir son activité et les emplois à Saint-Menet.

Lors de la réunion de rentrée, mardi soir dernier, on a aussi vu pointer son nez le fameux compositeur marseillais Jo Corbeau : " Certaines de mes chansons sont inspirés de la vie dans cette vallée ouvrière où j’ai vécu quelques années. Moi aussi je me souviens de la visite de Nestlé avec ma classe et cette odeur de chocolat dans l’air. Je suis prêt à répondre à toute action de soutien avec les salariés en lutte : nous aussi, les artistes et les intermittents, nous nous battons contre le même patronat ! " Jo Corbeau et les siens auront l’occasion de s’exprimer haut et fort le 16 octobre prochain. Ce sera ce jour-là une " journée pour l’emploi industriel " que certains dans le groupement ont déjà baptisée le " Nestival " de Saint-Menet, où l’on débattra et où l’on fera la fête dans un esprit combatif. L’idée de former une chaîne humaine autour de Nestlé pour symboliquement " protéger l’usine " est dans l’air. Si tous les gars de l’Huveaune.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !