Liste des auteurs

Propos recueillis par Béatrice Taupin parus dans le Figaro du 12 février 2005

Davant : « Notre position est raisonnable et réaliste »

dimanche 13 février 2005 par Béatrice Taupin, Jean-Pierre Davant

LE FIGARO ÉCONOMIE. - La Mutualité a décidé de ne pas rembourser les dépassements d’honoraires pour les patients qui refusent la discipline du médecin traitant. Quelle autorité réelle avez-vous sur les mutuelles ?

Jean-Pierre DAVANT. - Nous avons pris cette décision à l’unanimité du conseil d’administration. Notre idée est d’essayer de contribuer à la réorganisation du système de soins autour du médecin traitant, quel qu’il soit, que le patient choisisse un médecin de secteur 1 (tarifs stricts) ou de secteur 2 (honoraires libres). Ce n’est pas une démarche bureaucratique. C’est parce que nous voulons mettre la qualité au centre du dispositif et c’est pourquoi nous avons soutenu la loi de réforme de l’assurance-maladie.

Cette unanimité vous fait dire que toutes les mutuelles suivront ?

C’est une position raisonnable et réaliste. Les mutuelles sont libres mais elle sont très conscientes que, si elles remboursent les dépassements sans condition, elles seront contraintes d’augmenter très fortement les cotisations. Beaucoup de Français renonceront alors à souscrire un contrat complémentaire santé.

Vous ne craignez pas la concurrence ?

Il y a toujours un risque que nos concurrents du secteur commercial fassent de la surenchère. Mais les assurances privées sont confrontées, comme nous, au problème de la hausse continue des cotisations. Ce n’est une bonne chose ni pour le pouvoir d’achat des assurés ni pour l’accès aux soins car il y a alors des risques d’exclusion.

Pensez-vous que les patients vont s’y retrouver dans le maquis tarifaire de la convention et dans celui des remboursements ?

Je mets au défi le patient qui entre dans un cabinet médical de savoir ce qu’il va payer et de combien il sera remboursé ! Nous avons recensé au moins une trentaine de situations différentes, d’autres disent une centaine ! Si la convention avait favorisé réellement l’existence du médecin traitant, on aurait amélioré à la fois substantiellement la rémunération des médecins et la qualité des soins. C’est pourquoi nous sommes si critiques sur ce texte. Ce devait être un outil au service de la réforme, c’est tout le contraire. La convention répond partiellement à des demandes tarifaires de certains médecins ; en aucun cas, elle ne vient soutenir l’idée forte de la coordination des soins pour une médecine de qualité. Elle n’est pas assez attractive pour les médecins qui jouent le jeu, et il y a un risque de détournement du système.

Quelle hausse de cotisation prévoient les mutuelles ?

Je suis incapable de vous le dire. Il y a une hausse acceptable et normale qui tient à l’augmentation des dépenses de santé liées à l’évolution de la société : cela va de l’évolution des techniques médicales au vieillissement de la population. Depuis quarante ans, les dépenses de santé augmentent chaque année de 2,5% de plus que le PIB, il est normal que les cotisations suivent. En revanche, il y a des hausses qui correspondent à des gaspillages ou à une mauvaise utilisation du système de soins : celles-là sont inacceptables. C’est pourquoi, nous, nous ferons tout pour bien rembourser les dépenses dans le cadre d’un parcours garantissant l’accès à des soins de qualité et l’information des patients. Le reste, nous ne le rembourserons pas.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !