Liste des auteurs

Un article de Pierre-Henri Lab paru dans l’Humanité du 4 mars 2005

Dégeler la production d’électricité

samedi 5 mars 2005 par Pierre-Henri Lab
La production française permet difficilement de faire face au froid.

Les températures inférieures de 10 degrés aux normales saisonnières mettent EDF sous pression. La vague de froid qui s’est abattue sur l’ensemble du pays a provoqué une hausse de la consommation d’électricité. Ainsi, lundi dernier à 19 h 15, Réseau de transport d’électricité (RTE) a enregistré un record de consommation établi à 86 024 mégawatts. Pour faire face à cette demande aussi importante qu’exceptionnelle, la France habituellement exportatrice d’électricité a dû importer d’Allemagne et d’Espagne 3 % de l’énergie consommée dans la journée. Cet apport supplémentaire n’a pas permis d’éviter des coupures. Ainsi la Corse a été victime de délestage. EDF a mis en avant plusieurs explications pour justifier cette procédure. Ainsi, selon l’entreprise publique, « des problèmes logistiques d’alimentation en fioul domestique » ont handicapé la production de la centrale thermique de Lucciana (Haute-Corse) tandis que les sept usines hydroélectriques de l’île ont souffert d’un déficit de remplissage des trois barrages qui les alimentent. Au niveau national, l’importation d’électricité s’explique, selon RTE, par l’indisponibilité d’une partie de la capacité de production d’EDF. À la fin de l’hiver, l’opérateur public arrête une partie de ces centrales nucléaires pour procéder à leur maintenance ou au changement de combustible. « Aujourd’hui, environ 10 000 mégawatts de capacité provenant d’EDF sont à l’arrêt », a expliqué André Merlin, directeur de RTE. EDF vient de différer les arrêts des centrales nucléaires de Cattenom en Moselle et de Tricastin en Rhône-Alpes pour faire face à la situation climatique.

Les difficultés actuelles d’approvisionnement en électricité seraient purement conjoncturelles. Rien n’est moins sûr. Selon la FNME CGT, « cette situation résulte de l’insuffisance des investissements réalisés, ces dernières années, par EDF en matière de moyens de production de pointe capables de faire face à des pics aléatoires de consommation ». Plus généralement, la CGT énergie met en garde contre « le déficit croissant en matière de production électrique ». Le syndicat estime que la capacité de production d’EDF devrait être augmentée de 5 000 à 7 500 mégawatts d’ici à 2010 et de 25 000 à 30 000 mégawatts d’ici à 2020. Hors « aucun financement n’a pour l’instant été arrêté, y compris pour le réacteur de nouvelle génération EPR ». Et la CGT de conclure à « l’inefficacité industrielle de la libéralisation du marché de l’électricité et de l’ouverture du capital d’EDF ». Le directeur de RTE, André Merlin, a procédé, lui aussi, à une mise en garde. « Pour faire face à l’augmentation de la consommation d’électricité de 1,5 % à 2 % par an, la France a besoin de nouveaux moyens de production dès 2008 », a-t-il averti. Selon lui, « des capacités supplémentaires de 1 000 mégawatts doivent être mises en oeuvre chaque année. »

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !