Liste des auteurs

Un article de Peter Avis paru dans L’Humanité du 06 octobre 2005

Des chemins de fer anglais à la SNCM

jeudi 6 octobre 2005 par Peter Avis
Service déplorable, mauvaise gestion... Sur les rangs pour entrer dans le capital de la SNCM dans le cadre d’une privatisation, la Connex s’est illustrée outre-Manche.

La société Connex, filiale de Veolia, nommée pour prendre 30 % du capital de la SNCM, a une certaine réputation européenne dans la gestion des transports publics. Mais elle ne peut guère être fière de sa performance en Angleterre. Dans le processus chaotique de la privatisation des chemins de fer britanniques, entamé il y a neuf ans par le gouvernement conservateur de l’époque, Connex a pu gagner la franchise de deux des vingt-trois régions du réseau : ceux du South Central et du South East, comportant toutes les lignes de grande fréquentation qui lient Londres au sud-est du pays. Malheureusement, en dépit de l’expertise de gestion des chemins de fer par les Français, reconnue et admirée à travers la SNCF, l’expérience Connex de l’autre côté de la Manche a été bien pénible pour les passagers et pour les cheminots. Car elle ne l’a pas été autant pour les actionnaires... En 2003, ce fut la première fois qu’un tel coup était porté à une société privée, Connex a été déchue de sa franchise South East.

La Strategic Rail Authority (autorité de réglementation du gouvernement) a pris cette décision à cause de la gestion insuffisante et surtout gaspilleuse de fonds publics, sur un réseau fréquenté par 120 000 passagers par jour. Elle a refusé d’accorder encore 2 millions de livres (2,8 millions d’euros) de fonds publics réclamés par Connex, après un pompage de 58 millions de livres (85 millions d’euros) quelques mois auparavant.

L’éviction de Connex du réseau régional, qui comprend 182 gares et emploie 3 000 salariés, a été fêtée par le personnel (les relations patronat-syndicats ont été lamentables) comme par les passagers qui rouspétaient quotidiennement contre les retards et la saleté des trains. Dans l’immédiat, le réseau South East est rentré dans le secteur public, en attendant une nouvelle privatisation. Le gouvernement travailliste de Tony Blair attend des appels d’offres, mais ne veut pas entendre les appels des syndicats de cheminots qui, eux, réclament la renationalisation de tout le réseau national.

Depuis la débâcle du réseau South East, Connex a également rendu, de sa propre volonté, sa franchise pour le réseau South Central reliant Londres à la côte sud. Ce réseau a été récupéré par la société Govia, dans laquelle l’entreprise française Via GTI est impliquée.

Derek Kotz, porte-parole du syndicat RMT, a déclaré à l’Humanité hier : « Nous ne voudrions pas que les Français subissent la même mauvaise expérience de la privatisation que nous. Connex a fourni un service déplorable, mais c’est à cause de sa mauvaise comptabilité qu’elle a perdu la franchise. Depuis que la région South East est revenue dans le secteur public, la société gérante demande 1 million de livres (1,4 million d’euros) de moins par mois de subventions de l’État. Avec une meilleure gestion et en n’ayant plus à remplir les poches des actionnaires, la ligne a pu embaucher davantage de personnel, le moral des salariés s’est amélioré et les trains arrivent plus souvent à l’heure. Maintenant le gouvernement propose de privatiser à nouveau ce réseau. C’est le comble de l’absurde ! »

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !