Liste des auteurs

Propos recueillis par yves Housson parus dans L’Humanité du 11 mars 2006

Des droits aux salariés »

samedi 11 mars 2006 par Yves Housson, Nasser Mansouri-Guiliani
Par Nasser Mansouri-Guilani, économiste à la CGT [1]

« En amont, comment donner aux salariés les moyens de peser sur les décisions stratégiques des entre- prises ? Autrement dit, comment faire en sorte que l’entreprise soit bien orientée vers la réalisation de sa finalité, qui est fondamentalement la réponse aux besoins qu’exprime la société, et non les actionnaires. On peut profiter des droits existants, comme les comités d’entreprise, et parfois la présence d’administrateurs salariés dans les conseils d’administration : il s’agit de les faire respecter, ce qui n’est pas toujours le cas. Mais il faut aller plus loin car le contexte dans lequel les entreprises développent leur activité a changé. Premier élément : la moitié des salariés, dans les petites entreprises, sont privés de tout droit d’inter- vention, y compris de délégués du personnel. La question n’est donc pas seulement de ren- forcer les droits là où ils existent, mais d’étendre des droits à l’ensemble du salariat.

Deuxième point : les administrateurs salariés. Avec le processus de privatisation, cette possibilité est limitée. Ils sont soumis aux pressions des directions d’entreprise, sous prétexte de confidentialité. C’est un point fondamental. Les élus qui représentent les salariés au conseil d’administration doivent rendre compte de leur activité, de leur mandat, c’est une question de démocratie ; dès lors, il est légitime, en respectant des normes raisonnables, que les salariés administrateurs puissent informer leur base. Il est aussi légitime qu’il y ait un lien avec les syndicats. Or, la loi interdit aux administrateurs salariés d’avoir des responsabilités syndicales. On ne peut pas parler de la place des représentants des salariés dans les conseils d’administration sans voir que ceux-ci ne peuvent avoir une intervention efficace sans liens avec les salariés et avec les organisations syndicales. Quant à l’actionnariat salarial, on dit que, avec son développement, les salariés ont la possibilité d’intervenir au CA. Sur le fond, c’est faux. Les actionnaires ont des intérêts en tant qu’actionnaires. Le salarié actionnaire se trouve donc dans une contradiction : comme actionnaire, il a tout intérêt à ce que ses droits de salarié soient bafoués. Donc, ses représentants au conseil d’administration ne pourront résoudre cette contradiction, si ce n’est au profit de l’actionnaire. »

[1] Auteur notamment de la Mondialisation à l’usage des citoyens (Éd. de l’Atelier).

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !