Liste des auteurs

Un article de Thomas Lemahieu paru dans L’Humanité du 5 avril 2006

Des interpellations arbitraires

jeudi 6 avril 2006 par Thomas Le mahieu
En comparution immédiate, deux manifestantes ont été relaxées, hier matin, après une arrestation, le 16 mars, et des poursuites pour le moins contestables.

Au tribunal de grande instance de Paris, hier matin vers 10 heures, les audiences en comparution immédiate ont commencé depuis une vingtaine de minutes, et la présidente de la 24e chambre prend la peine d’expliquer à Sarah, étudiante en première année d’histoire à la Sorbonne, poursuivie pour « violences contre des agents de l’autorité publique », les « techniques » d’interpellation lors des manifestations anti-CPE : « Les personnes sont arrêtées parce qu’elles ont été individualisées dans la masse, détaille-t-elle. Les policiers les repèrent, les suivent avec les yeux ou avec des jumelles, je ne sais pas, puis quelque temps plus tard, on les interpelle. On ne va pas cueillir trois ou quatre personnes n’importe comment, au hasard. On vous prend, vous, parce qu’on vous a repérée en train de lancer une cannette de bière, par exemple... »

À son tour, Sarah raconte les circonstances de son arrestation : « Je n’ai rien lancé sur les policiers, je manifestais de manière pacifique, nous avons été arrêtés parce que nous nous trouvions à la queue du cortège. » Interpellée à la même heure (vers 21 h 30, le 16 mars) et au même endroit (rue de Rennes, à Paris), Julie, sans emploi après une licence en journalisme, affirme que les policiers, qui prenaient le cortège d’une centaine de personnes en sandwich, ont tout simplement pris « ceux qui couraient le moins vite ». Dans ses réquisitions, le procureur relève que, dans leurs témoignages, les fonctionnaires de police n’identifient jamais les manifestants interpellés comme auteurs de « lancers de cannette ». Avocate des deux jeunes femmes, Me Irène Terrel n’a, dans ces conditions, aucune difficulté à exiger la « relaxe pure et simple » : « Ce sont des procédures à la louche. C’est inadmissible : il n’y a rien dans ces dossiers, pas une charge ! En matière de libertés individuelles, c’est grave que ce genre de dossier arrive devant le tribunal... » À l’issue des audiences, le tribunal relaxe les deux jeunes femmes, les faits n’étant « pas suffisamment établis », mais la démonstration sur les « techniques » policières d’interpellation est faite : il ne s’agit pas d’identifier d’éventuels « casseurs », mais avant tout de faire du chiffre avec le tout-venant !


Bilan des Arrestations au 3 avril

Le nombre de personnes interpellées en France en liaison avec le mouvement anti-CPE s’élevait à la veille de la manifestation d’hier à près de 2 700 personnes, selon un communiqué signé par Nicolas Sarkozy. Parmi elles, 175 ont été condamnées, dont 43 à de la prison ferme.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !