Liste des auteurs

Article de Patrick Roger paru dans Le Monde du 19 septembre 2006

Des sarkozystes exhument une proposition de loi organisant la fusion de GDF avec EDF

mardi 19 septembre 2006 par Patrick Roger

Dans un communiqué distribué dimanche 17 septembre, une dizaine de députés de l’UMP et de l’UDF associent leur signature à la proposition de loi déposée... en juin 2003 par François-Michel Gonnot (UMP, Oise) organisant la fusion d’EDF et de GDF dans un groupe public "Energie de France".

Les signataires - parmi lesquels on relève les noms de Jean-Paul Anciaux, Christine Boutin, Nicolas Dupont-Aignan, Alain Joyandet, Thierry Mariani ou Dominique Paillé pour l’UMP et de Charles de Courson et Maurice Leroy pour l’UDF - s’adressent aux députés de la majorité pour "débattre au fond de ce véritable plan alternatif à la privatisation de GDF et à son éventuelle fusion avec le groupe franco-belge Suez".

EVITER LE VOTE

"Cette proposition n’a pas pris une ride", a expliqué le 7 septembre à l’ouverture du débat parlementaire M. Gonnot, ancien rapporteur du projet de loi sur le service public de l’énergie défendu en 2004 par Nicolas Sarkozy. Il a cependant laissé entendre qu’il éviterait de "mettre de l’huile sur le feu". "Je vais me mettre la tête dans le sable de ma circonscription", a-t-il déclaré.

Cette initiative, au moment où la discussion du projet de loi qui prévoit de privatiser GDF se poursuit à l’Assemblée nationale, montre que celui-ci continue de se heurter à de fortes réserves au sein de la majorité. Cette dernière n’est toujours pas convaincue par l’argument d’autorité invoqué par le gouvernement selon lequel la fusion d’EDF et de GDF se heurterait inévitablement au veto de la Commission européenne. Or le rapporteur du projet de loi, Jean-Claude Lenoir (UMP, Orne), admet qu’"on ne peut évidemment connaître la position exacte qu’adopterait la Commission européenne sur un tel projet".

Surtout, la réactivation de cette proposition de loi par des partisans déclarés de M. Sarkozy, alliés à quelques acolytes de circonstance atteste, aux yeux des fidèles du premier ministre, Dominique de Villepin, le "double jeu" du ministre de l’intérieur.

Matignon comme la présidence de l’Assemblée sont en effet convaincus que le président de l’UMP fera tout pour éviter le vote d’un projet de loi qui revient sur l’engagement solennel que M. Sarkozy avait pris à la tribune de l’Assemblée de ne pas abaisser la participation de l’Etat dans le capital de GDF en dessous de 70 %. Au risque d’attiser les divisions de la majorité.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !