Liste des auteurs

Un article de François-Xavier Bourmaud paru dans Le Figaro du 29 novembre 2005

Dialogue social, les premiers pas de la méthode Villepin syndicats

mardi 29 novembre 2005 par François-Xavier Bourmaud
Reçues déjà deux fois par le premier ministre, les grandes centrales ont du mal à se faire entendre par Matignon.

LES SYNDICATS commencent à perdre patience. Près de deux mois après la manifestation du 4 octobre où plus d’un million de personnes, selon leur décompte, étaient descendues dans la rue pour défendre le pouvoir d’achat et les salaires, Dominique de Villepin n’a toujours pas apporté de réponse à leurs revendications. Alors certes, la crise des banlieues a fait passer au second plan le motif initial de la série d’entretiens du premier ministre avec les partenaires sociaux. Mais pour beaucoup de syndicats, les émeutes n’ont été que l’illustration spectaculaire des maux qu’ils dénonçaient : chômage, exclusion, précarité.

Déjà reçus, et déçus, par Dominique de Villepin avant son discours de politique générale à l’Assemblée nationale - une première -, les syndicats n’attendent pas grand-chose des propositions qu’il doit annoncer en début de semaine prochaine. « Le premier ministre joue la montre en espérant que l’euphorie qui gagne nos concitoyens à l’approche des fêtes de fin d’année gomme les problèmes », ironise Jean-Claude Quentin, le responsable des questions d’emploi chez Force ouvrière.

A moins que les divisions syndicales ne suffisent à éloigner la menace d’une manifestation. Unis le 4 octobre, les syndicats se sont en effet dispersés une semaine plus tard sur la suite à donner à cette journée. Avec la CGT et FO d’un côté, partisans d’une nouvelle mobilisation ou d’un appel à la grève, la CFDT de l’autre, ouverte à des discussions. Or sans front syndical uni, pas de mobilisation d’envergure possible. Et cela d’autant moins que les Français commencent à douter de l’efficacité de ce type de mouvement. « Les Français ne sont pas dans une logique de mobilisation active. (...) Il y a un très grand scepticisme sur la capacité des syndicats à arracher des points importants », observe Brice Teinturier, directeur général adjoint de la Sofres.

Le gouvernement veut éviter les conflits

Un scepticisme renforcé en novembre par l’inflexibilité du gouvernement dans les conflits de la SNCM et de la RTM. A cela s’ajoute la volonté du gouvernement de déminer au plus vite tout conflit à haut risque en gestation. La grève éclair de la SNCF la semaine dernière et l’empressement de Dominique Perben à assurer que l’entreprise resterait publique en témoignent, le gouvernement veut éviter à tout prix les conflits. Au bout du compte, de nombreux observateurs estiment de plus en plus improbable que le mouvement du 4 octobre se prolonge dans la rue et croient plutôt à une multiplication des conflits locaux dans les entreprises.

Mais ce calme relatif sur le front social cache toutefois une inquiétude persistante sur l’emploi et des revendications toujours très fortes sur les salaires et le pouvoir d’achat. La baisse du chômage continue depuis six mois n’a pas encore convaincu, pas plus que les actions engagées par Gérard Larcher pour amener les branches professionnelles à rendre leurs grilles de salaires conformes à la loi. C’est d’ailleurs le 21 décembre que le ministre délégué aux Relations du travail achèvera l’examen de ces branches, examen entamé en réponse aux manifestations du 10 mars... pour la défense de l’emploi, des salaires et du pouvoir d’achat.

Jean-Pierre Raffarin était alors premier ministre. Sans aller jusqu’à le regretter, certains syndicalistes se risquent toutefois à la comparaison avec Dominique de Villepin, estimant qu’avec l’ancien premier ministre, « on pouvait au moins parler ». Au locataire de Matignon de les convaincre. Pour le leader de la CFDT, François Chérèque, ce sera chose faite s’il annonce des « résultats concrets sur quatre sujets » : pouvoir d’achat, accompagnement des jeunes chômeurs vers l’emploi, sécurisation des parcours professionnels et ouverture de négociations sur les salaires, le logement, l’action sociale et le droit à l’assurance complémentaire dans la fonction publique.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !