Liste des auteurs

Dossier médical personnel (DMP) fichier multiples, des objectifs inquiétants

dimanche 13 mai 2007 par Confédération Générale du Travail (CGT)

La CGT exige que la plus grande transparence soit faite sur les coûts et les objectifs car, de fait, ce sont les assurés sociaux qui paieront

La CGT est favorable à un dossier médical permettant un meilleur suivi du patient dans sa globalité, permettant une meilleure efficience des soins, des dépenses de santé. Ce dossier doit être extrêmement sécurisé et propriété de l’assuré social.

Le coût de la mise en place du DMP (après les 17 millions d’euros dépensés pour la carte SESAME VITALE 2 avec photo) est estimé à plus de 2 milliards d’euros. L’entretien et la gestion annuelle en coûterait autant.

L’expérimentation du DMP menée dans la région Pays de Loire s’est révélée être un véritable fiasco tant sur la qualité de l’outil proposé que sur la sécurisation de celui-ci.

Les pays européens qui, ces dernières années, ont initié des projets identiques viennent de les abandonner. Seule, la Grande Bretagne persiste avec un budget initial de mise en œuvre de 9,2 milliards et 2,4 milliards par an pour la gestion et l’entretien.

Le gouvernement français reste dans sa logique initiale estimant que la mise en place du DMP limitera la fraude et permettra des économies de 2 à 3 milliards par an. Or, tout ce qui a été mis en œuvre pour lutter contre les « indélicatesses » s’est avéré concerner les professionnels et, notamment, les cliniques privées.

Le DMP ne se suffisant pas à lui-même, deux autres dossiers informatisés seraient constitués : le WEB-médecins et le dossier informatique pharmaciens. Le premier semble faire doublon avec le DMP, le second ne manque pas de susciter quelques inquiétudes car géré par les seuls professionnels.

Pour la CGT, il y a urgence à resituer le patient au cœur de tout projet, de l’associer ainsi que ses représentants dans la conception, dans l’élaboration, dans les contenus et dans l’évaluation.

De plus, nombreuses sont les voix qui s’élèvent, y compris au sein du GIP DMP pour critiquer vivement la conception du DMP et les dépenses outrancières qu’il génère.

Le DMP, inscrit dans la loi DOUSTE-BLAZY de 2004, est créé en vue d’une maîtrise comptable des dépenses de santé et sera obligatoire ; à défaut les remboursements seront minorés. Le patient n’aura, de fait, pas la maîtrise des informations qu’il contiendra ; le droit de « masquage » sera à négocier avec le médecin.

La CGT exige que la plus grande transparence soit faite sur les coûts et les objectifs car, de fait, ce sont les assurés sociaux qui paieront.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !