Liste des auteurs

Un article de Cédric MATHIOT paru dans Libération du 8 mars 2005

EDF rame pour rallumer la Corse

mardi 8 mars 2005 par Cédric MATHIOT
Alors que l’île s’énerve contre les coupures, l’électricien achemine en urgence des groupes électrogènes pour faire face à la pénurie d’électricité.

C’est l’opération « restore light » en Corse. Un avion gros porteur Antonov, affrété par EDF et rempli de groupes électrogènes, s’est posé hier matin à Bastia, avant de repartir illico vers Amsterdam chercher un autre chargement. Ce pont aérien continuera jusqu’à demain. Des « secours » sont aussi attendus par voie maritime. Un navire devait partir dans la matinée du port du Pirée, en Grèce, avec, à son bord, une turbine à combustion qui avait servi dans le cadre des Jeux olympiques d’Athènes, louée par EDF en urgence. Ces supplétifs, ajoutés à ceux acheminés du continent en fin de semaine dernière, devraient permettre à EDF de rétablir progressivement le courant dans l’île.

Délestage. Depuis une semaine, du fait des températures basses et des records de consommation d’électricité, la Corse clignote comme une guirlande de Noël, et ses habitants commencent à s’agacer. Officiellement, les coupures tournantes affectent les 208 000 abonnés pendant trente minutes toutes les trois à quatre heures. « Les journées de jeudi et de vendredi ont été bien plus dures, avec des coupures jusqu’à cinquante minutes toutes les deux heures », précise la préfecture de Corse-du-Sud.

De nombreuses voix déplorent que les clients ne soient pas, ou mal, prévenus des heures de délestage. L’hôpital d’Ajaccio s’est vu couper l’électricité vingt minutes en début de semaine dernière. « Sans conséquences », précise Jean-Pierre Batard, son directeur. Preuve de la panique, l’établissement a également reçu, comme la plupart des gros clients d’EDF, un courrier lui demandant de se brancher sur ses propres groupes électrogènes pour alléger la consommation de l’île. « Nous avons refusé, ne pouvant prendre le risque de nous priver d’un recours si un problème advenait. » De son côté, la préfecture a fait ce qu’elle pouvait en priant les municipalités d’être économes en matière d’éclairage public.

Dans l’île, la grogne s’intensifie, notamment chez les commerçants et artisans, pénalisés par les caprices du courant intermittent. Le slogan publicitaire d’EDF (« nous vous devons plus que la lumière »), a été détourné façon colère : « Vous nous devez au moins la lumière. » « Nous espérons un retour à la normale pour la fin de semaine, affirme la préfecture. Les délestages devraient décroître à partir de mardi (aujourd’hui). »

Déveine. Mais EDF n’en aura pas fini avec cette « catastrophe » quand la lumière sera rallumée. « Une fois sortis de la crise, explique la préfecture, il va falloir déterminer les causes exactes de cette situation inacceptable. » EDF arguera de toute évidence l’effet surprise de la rudesse du mois de mars... mais aussi la déveine. Selon plusieurs sources, l’entreprise a dû puiser exceptionnellement dans ses ressources hydroélectriques en Corse (30 % de la capacité électriques de l’île) en janvier, notamment du fait d’une grève d’une semaine des dépôts pétroliers qui a coupé l’approvisionnement en fioul des centrales thermiques. Las ! depuis, les barrages n’ont pu se remplir, le gel empêchant les neiges de fondre.

Au-delà de la cascade de malheurs, la crise révèle aussi l’insuffisance du parc de production électrique de l’île en cas de coup dur. « Le problème du non-raccordement de l’île au continent est réel », estime-t-on chez EDF. Il n’existe qu’un raccordement électrique Italie-Sardaigne transitant via la Corse. Un nouveau raccordement est en cours de réalisation depuis plusieurs semaines entre la Corse et la Sardaigne, et devrait être opérationnel en décembre. « Toutefois, note un observateur, sa capacité sera faible (50 mégawatts). La vraie question est politique : c’est de savoir si la Corse doit produire son énergie elle-même, ou avoir recours à l’énergie continentale, c’est-à-dire italienne. » L’Assemblée de Corse, compétente en matière de politique énergétique, doit débattre du sujet en avril. En attendant, l’Antonov tourne.C

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !