Liste des auteurs

Olivier Truc | Le Monde le 31.01.2008

Emissions record de CO2 sur un gisement gazier norvégien en Arctique

jeudi 31 janvier 2008 par Olivier Truc

Le gisement gazier de Snø Hvit (Blanche Neige), au large de la Laponie norvégienne, devait marquer le lancement de l’aventure des hydrocarbures en zone arctique. Il est en train de se transformer en mauvais conte depuis que l’opérateur public, StatoilHydro, a réclamé au gouvernement norvégien une autorisation de dépassement massif de 1,5 million de tonnes pour ses rejets de gaz carbonique (CO2), alors qu’ils devraient être de 0,2 million de tonne annuellement en procédure normale, et de 2 200 tonnes de suie pour les six prochains mois en provenance de ses installations de liquéfaction d’Hammerfest.

StatoilHydro veut ainsi faire face aux difficultés techniques, notamment des fuites dans le système de refroidissement, qui ont bloqué le chantier depuis la mi-novembre 2007, peu de temps après son ouverture en août. Le gaz du gisement de Snø Hvit doit en principe être transporté jusqu’à Hammerfest, où il est transformé en gaz naturel liquide qui permet son transport sur longue distance par voie maritime. Ce type d’exploitation est le premier du genre en Europe.

La mise en service, qui devait s’étaler sur quelques mois, devient de plus en plus aléatoire. La torchère qui recrachait une couche de suie sur la ville cet automne pourrait recommencer bientôt, puisque StatoilHydro souhaite redémarrer la production en janvier. "On parle d’un doublement des rejets de CO2, ce qui va augmenter de 5 % les émissions de CO2 de toute la Norvège ", prévient Christine Karlsen, de l’organisation écologiste norvégienne Bellona. Dès fin décembre 2007, Bellona avait réclamé que StatoilHydro paye une amende de 15,5 millions d’euros pour les dégâts environnementaux occasionnés.

Le gisement de Snø Hvit, dont Total et Gaz de France sont parmi les principaux clients, a cumulé les dépassements de budgets et les retards. Pour le gouvernement de centre-gauche norvégien, qui peaufine un profil écologiste, l’alternative est extrêmement embarrassante : accorder la rallonge de pollution ou fermer l’installation pour un coût exorbitant.

Tout en reconnaissant que le niveau de pollution demandé est extraordinaire, StatoilHydro s’engage à la compenser en achetant des droits d’émission de gaz carbonique.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !