Liste des auteurs

Un article de Martine Picouët paru dans Le Monde du 16 avril 2006

Endettement record pour les moins de 30 ans

dimanche 16 avril 2006 par Martine Picouët

Fin 2005, 57,8 % des ménages français âgés de moins de 30 ans avaient un crédit en cours, pour un bien immobilier ou des biens de consommation, soit un niveau inégalé depuis quinze ans (55,7 % en 2004, 51 % en 2003).

"C’est la sous-population la plus endettée en France, bien au-delà de ce qu’on a pu constater ces dernières années", a déclaré, mercredi 12 avril, Michel Mouillart, professeur d’économie à l’université Paris-X-Nanterre. Il présentait l’enquête annuelle de l’Observatoire de l’endettement des ménages (OEM), réalisée en novembre 2005 par l’institut de sondage Sofres. Fin 2005, près d’un jeune sur cinq disposait d’un crédit pour accéder à la propriété, contre 14 % en 2003.

Le recours accru au crédit est une tendance générale. "Après deux ans de fléchissement, entre 2001 et 2003, et l’amorce d’une rupture en 2004, la remontée s’est amplifiée en 2005, et, au total, 52,6 % des ménages détiennent un crédit", note M. Mouillart (50,2 % en 2004).

" Ce qui est remarquable dans cette évolution, c’est sa rapidité, poursuit-il, et le fait qu’elle touche toutes les formes de crédit." Fin 2005, 34,5 % des ménages détenaient un crédit à la consommation (33 % en 2004) et 30,5 % un crédit immobilier (29,1 % en 2004).

MOINS DE MÉNAGES DITS "FRAGILES"

Les ménages de 65 ans et plus font quant à eux de nouveau appel aux crédits après deux années (2003, 2004) de recul : fin 2005, 24,6 % étaient endettés, contre 21,7 % un an plus tôt. Principalement pour acheter des biens de consommation et faire face à la vie courante.

Le poids des dettes est jugé "supportable", voire "très supportable" par 51,4 % des ménages (contre 49,1 % fin 2001). Il est qualifié de "trop élevé" par 14,1 % d’entre eux (12,9 % en novembre 2001).

Interrogés sur leurs intentions, les ménages ne semblent pas prêts à modifier leurs comportements. Les crédits immobiliers devraient continuer à progresser, tirés par les jeunes.

Enfin, la proportion de ménages dits "fragiles" (ceux qui jugent les crédits nécessaires pour boucler les fins de mois ou qui estiment trop élevée la charge de remboursement, voire qui ont déposé un dossier en commission de surendettement) a reculé à 3,8 % fin 2005, contre 4,3 % fin 2004.

Les jeunes ne comptent plus que pour 15,1 % dans cette population, contre 28,7 % en 1997. Mais le poids des plus de 65 ans est passé en huit ans de 6,6 % à 18,1 %.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !