Liste des auteurs

Article de Pierre Avril et Marie-Laetitia Bonavita paru dans Le Figaro du 9 septembre 2006

Énergie : la boulimie de la Chine inquiète l’Europe

dimanche 10 septembre 2006 par Pierre Avril, Marie-Laetitia Bonavita
Les deux puissances vont discuter aujourd’hui d’une coopération renforcée.

L’INSATIABLE appétit énergétique de la Chine menace les grands équilibres du monde. Lors du sommet UE-Chine qui se déroulera aujourd’hui à Helsinki, les Vingt-Cinq devraient demander à Pékin un minimum de discipline multilatérale, tout en veillant à ne pas froisser l’ombrageux empire du Milieu. Les deux parties devraient affirmer leur « volonté de renforcer leur coopération dans les domaines énergétiques et le changement climatique. »

Selon les prévisions de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) - plus grand réservoir de gaz derrière la Russie - qui cherche à développer son programme nucléaire.

Enjeu climatique Ses investissements pétroliers les plus importants sont réalisés au Soudan, accusé de violations des droits de l’homme au Darfour. « On aimerait encourager la Chine à partager notre politique de gouvernance pour l’Afrique », explique une source communautaire. Mais sans illusions. « La Chine a besoin de pétrole et ces pays cherchent des marchés, ce qui est mutuellement bénéfice »,, explique Liu Jianchao, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. La Chine, ajoute-t-il néanmoins, est « prête à travailler » avec l’UE « pour un approvisionnement pétrolier sûr ».

L’enjeu de la coopération est également climatique. Plus grand consommateur de charbon de la planète, la Chine deviendra d’ici 2025, responsable d’un quart des émissions de gaz carbonique mondiales. La Banque européenne d’investissement devrait signer aujourd’hui une ligne de crédit de 500 millions d’euros destinée à financer des projets chinois d’économie d’énergie. Pour un pays qui dispose de près de 1 000 milliards de dollars de réserves de change, l’aide est évidemment symbolique. Mais ce type d’initiatives, explique un diplomate européen en poste à Pékin, est plus « fructueux que de demander à la Chine de cesser d’acheter son pétrole auprès de Chavez », le président dictateur du Venezuela...


Pékin va supprimer le chauffage gratuit dans les villes

DÉVELOPPEMENT Cette mesure vise à économiser l’énergie, indispensable pour alimenter la forte croissance du pays.

ALORS QUE l’empire du Milieu célèbre le trentième anniversaire de la mort de Mao, les autorités chinoises s’apprêtent à supprimer l’un des derniers privilèges hérités de la période collectiviste : le chauffage gratuit dans les villes.

La réforme, déjà expérimentée dans certaines agglomérations, sera étendue cet hiver à l’ensemble du pays. Les villes qui manqueront à l’appel devront donner des explications écrites au ministère de la Construction, a prévenu le vice-ministre Qiu Baoxing. Les habitants les moins aisés bénéficieront d’un régime de faveur : ils continueront à recevoir des aides pour payer leur chauffage.

130 millions de tonnes de charbon

Cette mesure vise à économiser l’énergie, indispensable à la forte croissance de l’empire du Milieu. Selon les chiffres du ministère de la Construction, le chauffage dans les habitations représente une consommation de 130 millions de tonnes de charbon par an, soit 10 % de la consommation totale d’énergie du pays. La fin de la gratuité qui doit inciter les locataires à être plus économes, devrait, selon les estimations, réduire la consommation d’énergie de 30 %. De quoi tendre vers les objectifs d’économie d’énergie fixés dans le 11e plan (2006-2010) adopté en mars. Celui-ci fixe à 4 % par an la baisse de la consommation d’énergie par unité de PIB.

Ces objectifs ne sont toutefois pas sûrs d’être atteints. Récemment, le responsable du principal organe de planification économique, Ma Kai, ministre chargé de la Commission nationale du développement et des réformes (CNDR), a indiqué que la consommation avait augmenté de 0,8 % sur les six premiers mois de 2006. Il a souligné que l’investissement urbain avait augmenté de 31 % sur les sept premiers mois, en particulier dans les secteurs les plus consommateurs d’énergie, comme la production d’acier, de métaux non ferreux, de produits chimiques et de matériel de construction.

Cette course aux économies d’énergie est aussi une pierre à l’édifice de la lutte contre la pollution. Un rapport gouvernemental a récemment estimé le coût total de cette nuisance en 2004, à quelque 511,8 milliards de yuans (64 milliards dollars), soit 3,05 % du PIB.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !