Liste des auteurs

Un article de Bernard Duraud paru dans L’Humanité du 13 mai 2006

Evo Morales défend sa nationalisation

mardi 16 mai 2006 par Bernard Duraud
Dès l’entame du sommet, le nouveau président bolivien a été sommé de s’expliquer sur sa politique énergétique.

Entre entretiens officiels, rencontres informelles et conférences de presse, il est un chef d’État présent à Vienne à être particulièrement sollicité, voire sommé de s’expliquer, c’est Evo Morales, le président bolivien, dont la décision le 1er mai de nationaliser les hydrocarbures a provoqué l’émoi des pays de l’Union européenne, de l’Espagne en particulier, et des pays voisins de la Bolivie comme le Brésil ou l’Argentine. « Décision d’un État souverain », a dit en substance Morales jeudi soir lors de l’ouverture du sommet, largement dominée par la politique énergétique du président bolivien et de son homologue vénézuélien Hugo Chavez, aussi sur la sellette, après avoir imposé une nouvelle taxe aux multinationales.

« Nous n’avons pas à négocier, dialoguer ou discuter lorsqu’il s’agit d’une politique qui implique la décision d’un État souverain », a expliqué Evo Morales. Si le principe de la souveraineté nationale semble acquis pour l’UE, son problème est « la manière dont ces mesures sont mises en oeuvre » et leurs conséquences sur les investissements des groupes européens, ainsi que l’a expliqué la ministre autrichienne des Affaires étrangères, dont le pays préside actuellement l’UE. En demandant à Morales de clarifier sa position, elle a ajouté : « Nous avons besoin d’une sécurité juridique et de confiance, car c’est essentiel pour les investisseurs. »

Le président bolivien a assuré que les multinationales respectant la loi bolivienne n’auraient aucun problème avec leurs investissements dans son pays. Mais il a également rappelé que son gouvernement ne limiterait pas sa politique de nationalisation au secteur des hydrocarbures et l’étendrait notamment aux mines et aux forêts. « Le seul moyen de lutter contre la pauvreté est de récupérer nos ressources naturelles », a-t-il dit.

En début de semaine le commissaire européen au Commerce, Peter Mandelson, avait cru bon de mettre la pression en déclarant que la nationalisation du secteur énergétique pourrait porter préjudice à des groupes européens, l’espagnol Repsol, le britannique BG ou le français Total, les dissuadant désormais d’investir en Bolivie. Le président brésilien, Lula, même s’il a reconnu cette prise d’indépendance énergétique de la Bolivie, a néanmoins maugréé à l’idée de voir les intérêts de Petrobras remis en cause.

Comme pour clore momentanément le chapitre, Evo Morales a assuré que les quelque 70 contrats des compagnies privées étaient « illégaux et inconstitutionnels » car jamais ils n’ont été ratifiés. Les compagnies visées, notamment Petrobras, peuvent cependant selon lui négocier de nouveaux contrats dans le respect de la légalité, dans un délai de six mois. Sinon elles s’en iront. Les entreprises concernées peuvent si elles le veulent récupérer leurs investissements, mais elles ne doivent espérer selon Evo Morales « aucune indemnisation ».

Le sommet devait définir une position minimaliste sur ce dossier brûlant où chacun est susceptible d’y trouver son compte en reconnaissant le « droit souverain des pays à gérer et réguler leurs ressources naturelles » et en se promettant mutuellement de « poursuivre et de renforcer leur coopération afin d’établir un cadre commercial équilibré ». En matière de coopération, il est sûr que les intentions tant de Morales que de Chavez seront scrutées à la loupe par les dirigeants de la vielle Europe qui fera tout ce qu’elle pourra, comme l’a dit Benita Ferrero-Waldner, commissaire aux Relations extérieures, pour « veiller à ce que la voie d’un partenariat plus étroit soit dégagée » entre les deux parties... B.D

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !