Liste des auteurs

Thomas Lemahieu | L’Humanité du 16 juillet 2007

Excédents en vue à l’UNEDIC

lundi 16 juillet 2007 par Thomas Le mahieu
Chômage . Après des économies réalisées sur le dos des chômeurs, l’organisme a les moyens de mieux les indemniser.

es comptes de l’assurance-chômage passent au vert. Selon des prévisions publiées vendredi, l’UNEDIC table sur une amélioration plus rapide que prévu de ses finances pour cette année : à travers notamment la baisse annoncée de 194 000 chômeurs de catégorie 1 - ceux qui servent à établir le baromètre officiel -, le régime d’assurance-chômage devrait pouvoir compter sur un excédent de près de 3 milliards d’euros en 2007. En 2008, les mêmes prévoient un nouvel excédent de 4,7 milliards d’euros. Dans ces hypothèses, le déficit cumulé pourrait au total être ramené fin 2008 à 5,4 milliards d’euros (contre 12 en avril 2007). Dans ces conditions, le conseil d’administration de l’organisme paritaire vient en juin de décider d’utiliser un quart de l’excédent attendu afin d’abonder le fonds de réserve, mis en place formellement par les conventions de 2004 et de 2006 pour faire face aux difficultés conjoncturelles, mais jamais constitué véritablement jusqu’ici.

Pour les économistes de l’UNEDIC, l’amélioration des comptes du régime provient de la tendance à la baisse du chômage : moins de chômeurs, moins d’indemnités à verser et plus de salariés qui cotisent à l’assurance-chômage. Mais dans un contexte où l’assurance chômage n’indemnise toujours que 4 chômeurs sur 10, les excédents de l’UNEDIC doivent sans doute beaucoup aux durcissements de la réglementation. Depuis des années, chaque négociation entre syndicats et patronat donne lieu à des marchandages sur le dos des chômeurs. L’affaire des « recalculés » - ces centaines de milliers de chômeurs à qui le régime a tenté, avant de subir une déroute en justice, de retirer plusieurs mois d’indemnisation - demeure exemplaire à cet égard. Fin 2005, lors de la discussion à propos de la convention d’assurance-chômage actuellement en vigueur, les durées d’indemnisation ont été une nouvelle fois modifiées : Selon l’UNEDIC, environ 100 000 personnes qui auraient, dans les conditions précédentes, dû avoir 23 mois d’indemnisation n’auront eu droit qu’à 12 mois. Dans le même accord entre le MEDEF, la CFDT, la CFTC et la CGC, les droits des chômeurs occupant des emplois à temps partiel et des saisonniers ont eux aussi subi des coupes drastiques.

Alors que le patronat et les syndicats viennent d’engager un chantier sur la « réforme du marché du travail », la question de la refondation de l’assurance-chômage devrait revenir sur le tapis prochainement. Le MEDEF risque de vouloir, comme à son habitude, utiliser les excédents programmés afin de baisser les cotisations patronales. Aux syndicats de lui opposer un schéma qui permette de recoudre les filets troués de l’assurance-chômage.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !