Liste des auteurs

Article de Sébastien Ganet paru dans L’Humanité du 25 septembre 2006

Exigences en hausse des marchés boursiers

lundi 25 septembre 2006 par Sébastien Ganet
Finance . Les marchés pourraient demander plus de pression salariale pour garder le même niveau de rentabilité.

La Bourse nord-américaine a été affaiblie vendredi par le dollar et la chute d’un important fond spéculatif. Les places financières du « Vieux Continent » ont été, quant à elles, soutenues par des rumeurs de fusions. Jeudi étaient annoncées deux opérations d’envergure. L’allemand Merck achète le suisse Serono et son compatriote Altana se défait de sa filiale pharmaceutique au profit de la société danoise Nycomed. Ces deux opérations suivent celle effectuée en mars par le grand laboratoire Bayer sur l’allemand Schering. L’indice européen s’est du coup apprécié de 0,41 % dans la journée de jeudi. L’indice CAC 40, qui intégrait vendredi dans sa cote, le titre Arcelor-Mittal, a bondi sur la semaine de 1,14 %.

Des rumeurs de rachat, notamment sur Vivendi par deux fonds nord-américains, sont venues soutenir l’indice. Côté États-Unis, le fonds spéculatif Amaranth a connu des pertes faramineuses. Gérant 9 milliards de dollars d’actifs, ce « hedge funds » avait parié en début d’année sur la hausse du prix du gaz naturel. Or, sur le marché à terme de l’énergie à New York (NYMEX), les prix ont chuté de 70 % depuis le pic de décembre 2005. Résultat, Amaranth a perdu 65 % de sa valeur, soit 6 milliards de dollars. Outre des fonds de banques d’affaires, Amaranth gérait certaines pensions de retraite de groupes industriels et de la fonction publique territoriale aux États-Unis. Pour l’instant, ces affres financières restent confinées au compartiment des marchés à terme de l’énergie.

L’inquiétude des traders provient plutôt du ralentissement de l’économie des États-Unis. « Il est désormais clair que les investisseurs sont très inquiets de la direction qu’est en train de prendre l’économie américaine », indiquait Hugh Johnson, de la société Johnson Illington.

Dans un tel contexte de retournement du cycle économique, les stratèges financiers estiment que les coûts unitaires du travail accélèrent au détriment des gains de productivité. L’Europe est aussi touchée par le ralentissement. Les 50 milliards d’euros de bénéfices records enregistrés par les groupes du CAC 40 au premier semestre 2006 sont aujourd’hui considérés, par les marchés, comme le point haut du cycle de hausse. Par conséquent, même si les investisseurs sont rassurés par le gel des salaires et des dépenses publiques, ils regardent avec plus d’attention l’évolution des marges des firmes. Une pression accrue pourrait se dessiner sur les prochaines négociations salariales ainsi que les prochaines orientations budgétaires.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !